×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Dossiers

Tourisme
Le schéma du mariage avec le pôle hôtelier de la RAM

Par L'Economiste | Edition N°:1795 Le 22/06/2004 | Partager

. Les branches touristiques de deux groupes logées dans une holding commune . L’ONMT pourrait rejoindre la structure en apportant ses hôtels “invendus”Le dispositif retenu est la création d’une holding détenue à parts égales qui comptera trois branches. La première, patrimoniale, une deuxième, spécialisée dans la gestion hôtelière qui gérera les établissements d’Atlas Hospitality ou, le cas échéant, pour le compte d’autres promoteurs, et la troisième, appelée divers, interviendra dans les métiers annexes. Des deux côtés, la volonté affichée est de mettre en place le fondement de ce qui sera demain un groupe hôtelier maroco-marocain de premier rang qui, par la taille, est capable de rivaliser à terme avec les majors mondiales en termes d’innovation et de management. Le rapprochement des pôles hôteliers de la CDG et de la RAM débouchera sur un ensemble doté de 3.000 lits répartis sur les grands pôles touristiques du pays. Par sa taille, c’est donc un acteur qui devrait contribuer aux objectifs tracés par la vision 2010. La démarche de “champions nationaux” n’est pas nouvelle. Beaucoup de pays dans le Bassin méditerranéen l’avaient appliquée avec succès. La croissance du tourisme en Turquie et en Espagne a été bâtie en partie sur un socle d’opérateurs locaux que les pouvoirs publics encourageaient.. Formalités juridiquesComment se déroulera concrètement ce mariage? Sotoram où sont logées les activités hôtelières et catering de Royal Air Maroc sera éclatée en deux entités. D’ici fin octobre, les actifs liés au catering seront transférés dans une S. A., Atlas Catering Services dont les formalités juridiques de création seront finalisées en juillet. La partie hôtelière restera dans Sotoram S. A. qui possède deux unités, Atlas Medina (Marrakech) et celui qui sera construit à l’Aéroport Mohammed V (Casablanca). Dans le schéma concocté par les consultants, la société absorbera la Sidet (propriétaire de l’ex-Atlas Asni de Marrakech et l’Atlas Amadil à Agadir) dont elle est actionnaire à 60% aux côtés de la BMCE, la BCM et la CDG avant de se transformer en une structure de gestion du patrimoine de la chaîne Atlas, Atlas Invest. Pour compléter le dispositif, deux autres sociétés vont être créées: Atlas Management Hotels Resort, spécialisée dans la gestion hôtelière et Atlas Loisirs, spécialisée dans l’animation et les nouveaux métiers du tourisme (spectacles, son et lumière, parcs de loisirs, etc.). Au final, ce sont ces trois entités qui seront rattachées à la holding commune avec la Caisse de Dépôt et de Gestion. Selon la décision politique des états-majors de la RAM et de la CDG, les deux parties seront à 50-50 dans le tour de table. La CDG y apportera une demie douzaine d’hôtels d’une capacité de 570 chambres et dont le fleuron est le Jnan Palace de Fès. Les hôtels de la RAM (Amadil, Atlas Asni et Atlas Medina) font une capacité de 900 chambres auxquelles il faut ajouter les 200 de l’unité de Nouaceur dont les travaux vont démarrer cet été. Selon le résultat de la valorisation des actifs confiée à BMCI Capital, l’une ou l’autre partie pourrait compléter son apport dans la holding sous forme de soulte en numéraire. Le deuxième conseil à cette opération est le groupe AFG chargé des aspects juridiques et fiscaux ainsi que du business plan. La CDG a lancé la restructuration de ses unités hôtelières qui entament actuellement une sortie de résultats négatifs. Les efforts de rationalisation de gestion et le réveil commercial et marketing commencent à porter ses fruits. De son côté, la chaîne Atlas a démontré qu’elle pouvait être une des plus performantes et rentables du secteur. A la RAM, comme à la CDG, les états-majors se sont donné les moyens d’aller vers un groupe national d’envergure pour accompagner le développement du tourisme. L’Office national marocain du tourisme (ONMT) qui traîne des rossignols dans son portefeuille hôtelier (unités invendues) aurait approché les partenaires d’Atlas Hospitality pour intégrer la structure. A. S.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc