×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: L’ombre du tsunami sur le Fitur
De notre envoyé spécial, Abashi SHAMAMBA

Par L'Economiste | Edition N°:1948 Le 31/01/2005 | Partager

. Les cinq destinations “martyrs” Thaïlande, Indonésie, Maldives, Inde et Sri Lanka sont bien présentes. Madrid fait une grosse promotion pour les JO 2012. La nouvelle star du tourisme mondial: l’Europe CentraleSi l’ombre du tsunami qui a frappé les destinations “exotiques” de l’Asie du Sud-Est planait sur cette vingt-cinquième édition du Fitur (Foire internationale du tourisme de Madrid), l’exposition elle, garde toujours une immense attractivité. Ce jeudi 27 janvier 2005, deuxième jour du salon, des dizaines de milliers d’opérateurs du tourisme ont convergé vers le superbe parc d’exposition Juan Carlos Ier. Du Maroc, des centaines de professionnels, agents de voyages et hôteliers, venus surtout de régions touristiques, ont fait le déplacement. Si les affaires ne se concrétisent pas dans un salon, les contacts que l’on y noue permettent de déblayer le terrain. Un rendez-vous de type Fitur permet aussi de voir les grandes tendances de nouvelles consommations dans l’industrie du tourisme.Et l’Espagne, pays hôte du Fitur, est un incontestable laboratoire de l’évolution des attentes des consommateurs. Le voisin ibérique aligne dans son impressionnant stand, une palette de produits, du plus classique (balnéaire, culturel, etc.) au plus original, notamment dans le tourisme de nature, une des niches montantes sur le marché mondial. La destination a reçu en 2004, 47,6 millions de touristes dont 9 millions d’Allemands, 6,63 millions de Français et près de 15 millions de Britanniques. Les sujets de Sa Majesté Elizabeth II ont détrôné les Allemands de la première place. Pour le Maroc, les choses sont simples: pour arriver aux dix millions de touristes qu’il vise en 2010, l’Allemagne et le Royaume-Uni sont des marchés incontournables.Sur ces deux marchés justement, nos positions commerciales sont plutôt modestes pour le moment. Les Espagnols ont mis le paquet pour cette édition, du moins la région de Madrid qui réalise une gigantesque opération de promotion de sa candidature pour les Jeux Olympiques de 2012. Aux côtés des hôtesses professionnelles, les responsables de la promotion du dossier se démènent comme des diables pour expliquer dans le moindre détail les atouts de Madrid. La devise de la capitale espagnole pour les JO 2012 est “preparados para”, c’est-à-dire “prêts pour vous”.L’une des curiosités de cette 25e édition du Fitur est la région sud-est asiatique frappée il y a un mois par un séisme qui a entraîné des raz-de-marée dévastateurs. L’Indonésie, l’Inde, les Maldives, la Thaïlande et le Sri Lanka sont comme à l’accoutumée, présentes au Salon international du tourisme de Madrid. Mais à l’évidence, le cœur n’y était pas, vu le calme, voire l’émotion qui régnait dans les stands de ces destinations de “rêve”. La catastrophe est encore toute fraîche pour oublier. Cette année, par respect à toutes les personnes emportées par le tsunami, pas de musique, ni d’animation dans les stands de ces destinations. Malgré tout, les jolies et courtoises hôtesses chargées d’informer les visiteurs gardent le sourire.Dans les allées de cette 25e Fitur, la vedette est tenue par les pays de l’Europe centrale, la République tchèque, la Hongrie et surtout la Croatie et l’Autriche, la patrie de Mozart. Ce circuit “impérial” est aujourd’hui l’un des produits-phares dans les catalogues des grands tour-opérateurs européens. A noter aussi l’émergence de la Chine qui s’illustre par une forte présence au Salon international de Madrid.L’Autriche est omniprésente ici au Fitur. Elle célèbrera l’année prochaine (2006), le 250e anniversaire de Mozart, l’enfant de Salzburg. La destination qui reçoit des dizaines de millions de touristes par an espère doper son activité par ce produit d’appel qu’est le phénomène Mozart. Pour rappel, à elle seule, la région natale de Mozart, Salzburg, reçoit 6 millions de touristes chaque année pour 500.000 habitants, soit 12 touristes par habitant. Et pour les mélomanes qui veulent assister à l’une des productions de musique classique dans la ville, il faut réserver un an à l’avance!

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc