×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Semaine tendue en France

Par L'Economiste | Edition N°:1940 Le 18/01/2005 | Partager

. Une série de grèves et de manifestations dans le secteur public La France est entrée le 17 janvier dans une semaine sociale mouvementée marquée par une déferlante mobilisations dans le secteur public, où menaces sur l’emploi et revendications salariales cristallisent les mécontentements, un test pour le gouvernement qui se dit déterminé à ne pas céder.Fonctionnaires, enseignants, postiers, cheminots, électriciens et gaziers sont appelés à se mettre en grève et à manifester, les 18, 19 et 20 janvier, pour défendre leurs salaires, l’emploi et le service public.Le mouvement entamé cette semaine se poursuivra d’ailleurs en février avec une «journée nationale d’action» le samedi 5 pour protester contre le projet d’assouplissement de la loi sur les 35 heures de travail hebdomadaire, adoptée en 1998 par le gouvernement socialiste.Le 18 janvier, les 300.000 postiers donnent le coup d’envoi de la mobilisation avec une grève destinée notamment à dénoncer la libéralisation de ce secteur. Les cheminots leur emboîteront le pas mercredi pour protester contre quelque 3.500 nouvelles suppressions d’emplois (sur 168.300) prévues dans le budget, mais également contre «la dégradation des conditions de travail et le désengagement de l’Etat».Le même jour, électriciens et gaziers, qui craignent la suppression de 12.000 à 15.000 emplois d’ici la fin 2007, sont également appelés à cesser le travail à l’occasion d’un conseil d’administration d’EDF consacré au projet industriel de l’entreprise.Le secteur de la Santé est aussi touché avec l’appel à la grève de plusieurs syndicats de chirurgiens hospitaliers pour protester contre «l’abandon des engagements de mise en oeuvre d’un “plan chirurgie”» par le gouvernement.Le 20 janvier, ce sera au tour des fonctionnaires et des personnels de l’Education nationale de battre le pavé.Les quelque cinq millions d’agents de la fonction publique ont été appelés à 24 heures de grève par six fédérations à la suite de l’échec des négociations salariales fin décembre, mais aussi pour la défense de l’emploi et des missions de service public.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc