×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Santé: 120 hôpitaux mis à niveau dès 2004

Par L'Economiste | Edition N°:1661 Le 12/12/2003 | Partager

. Quatre nouveaux centres d’oncologie seront créés . Le département de tutelle accélère son plan d’actionLe ministère de la Santé aura du pain sur la planche. Le département de Mohamed Cheikh Biadillah doit faire face à plusieurs défis pour les années à venir. Pour cela, il compte accélérer son plan d’action 2003-2007. Un plan qui comporte 11 axes d’intervention et vise à faire face aux nombreux dysfonctionnements que connaît le secteur notamment concernant le manque en personnel et matériel.Sur le plan des infrastructures, la vétusté des bâtiments et des équipements est réelle. Sur ce registre, près de 30% des hôpitaux et des équipements ont plus de 50 ans et le tiers des équipements ont plus de 10 ans. Pire encore, 24% du matériel est en panne 11 jours par moyenne. A cela s’ajoute un déséquilibre quant à l’accès aux soins entre la population des milieux urbain et rural. Au plan du ressources humaines, le manque des médecins et infirmiers spécialistes est flagrant. Faute de praticiens et de personnel paramédical en nombre suffisant, 254 petits et moyens centres sanitaires entièrement équipés ne fonctionnent pas depuis des années. Aussi, la stratégie du ministère de la Santé a-t-elle pour principal objectif de redresser la situation chaotique. Elle prévoit dès 2004 la mise à niveau de 120 hôpitaux et la création de 4 nouveaux centres d’oncologie à Casablanca, Fès, Agadir et Tanger. Un cinquième centre d’analgésie sera également construit à Casablanca, dans le cadre de l’humanisation des soins et qui sera spécialisé dans la prise en charge des douleurs.Sur le plan financier, le département de Biadillah a placé au rang des priorités la rationalisation des ressources. A cet effet, le système des contrats-cadres sera généralisé et renforcé. Il permet de signer avec un fournisseur un accord qui prévoit un approvisionnement sur le long terme. Cette nouvelle formule remplacera les appels d’offres qui ont lieu chaque mois ou trimestre. Il s’agit en fait d’un contrat global qui assure une certaine visibilité financière pour le ministère et évite les ruptures de stock essentiellement pour les produits nécessaires aux interventions chirurgicales d’urgence.A noter que pour la loi de Finances 2004, le ministère de la Santé a été bien loti. Son budget a été augmenté de 5,9% par rapport à celui de l’année en cours. Une enveloppe de 5,5 milliards lui a été consacrée. Les achats des médicaments, le renforcement des campagnes de vaccination, les mesures de prévention, les programmes de lutte contre les maladies endémiques sont parmi les mesures que comptent accélérer les responsables du ministère. Et pour faire face à toute pénurie de médicaments, un programme de rationalisation au maximum d’utilisation des médicaments a été activée. Sur ce plan, la régionalisation sera appliquée pour l’achat des remèdes. Ainsi, le développement des pôles d’excellence sera encouragé dans les quatre centres hospitaliers du Maroc: Casablanca, Rabat, Marrakech et Fès. Une action qui vise la mise en place d’un mode de gestion rationnel des hôpitaux et une amélioration qualitative des soins.


Action commune

Dans son plan d’action, le ministère de la Santé a la ferme intention d’impliquer les autres départements ministériels ainsi que les collectivités locales dans la politique sanitaire du pays. Les communes également seront concernées. Leur rôle sera important pour la réussite de la décentralisation et la régionalisation des activités de santé. La société civile sera également impliquée. Les pouvoirs publics comptent s’appuyer sur sa proximité des populations pour développer la prévention, la sensibilisation à l’hygiène ou même la vaccination. Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc