×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Rhodia: Le procès contre Sanofi-Aventis

Par L'Economiste | Edition N°:1942 Le 20/01/2005 | Partager

. Une amende de 18 millions de dollars pour le groupe chimique françaisRhodia indique avoir initié à l’encontre du groupe pharmaceutique Sanofi-Aventis «des actions contentieuses ou pré-contentieuses» pour obtenir l’indemnisation d’amendes qui lui ont été infligées l’année passée. Rhodia a en effet fait l’objet de procédures judiciaires pour pollution sur deux sites de l’ex-groupe Rhône-Poulenc, Silver Bow (Montana, US) et Cubatao (Brésil). Pour rappel, la fusion de la branche pharmacie de Rhône-Poulenc avec l’allemand Hoechst a donné naissance au groupe Aventis, dont Rhodia est devenu la branche chimique en France. Au printemps dernier, Rhodia avait plaidé coupable devant la justice du Montana et reçu une amende de 18 millions de dollars pour avoir stocké illégalement des déchets à Silver Bow, exploité entre 1986 et 1996 par Rhône-Poulenc. Fin décembre, Sanofi-Aventis avait fait savoir qu’il refusait de partager avec Rhodia les coûts environnementaux pour Silver Bow. Lors de sa création, Rhodia avait reçu d’Aventis une indemnité globale de 88 millions d’euros pour couvrir l’ensemble de ses litiges environnementaux.Le groupe chimique estime aujourd’hui que cette indemnité est insuffisante, et souligne que Silver Bow et Cubatao ont été fermés avant sa naissance. «Nous avions engagé depuis la fin de l’année 2003 une série de discussions avec Aventis, puis Sanofi-Aventis. A la fin de l’année dernière, ces discussions n’aboutissant pas, il nous a paru opportun de passer à une phase judiciaire.», a expliqué JP Clamadieu, DG de Rhodia. Dans son communiqué, le groupe chimique français indique que les provisions pour risques environnementaux sont désormais effectuées sur un horizon de 15 ans, contre 5 en moyenne jusqu’à présent. Ces provisions supplémentaires devraient atteindre 70 millions d’euros.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc