×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Premières sanctions commerciales du Japon aux Etats-Unis

    Par L'Economiste | Edition N°:2077 Le 02/08/2005 | Partager

    . Il appliquera des droits de douane compensatoires sur l’acier et 14 produits industrielsHUIT mois après l’UE, le Japon a décidé lundi 1er août d’infliger des sanctions commerciales aux Etats-Unis, des représailles sans précédent, en riposte à l’amendement Byrd, une législation antidumping américaine condamnée par l’OMC. C’est la première fois que le Japon, dont l’économie s’est bâtie sur les exportations, décide publiquement d’engager des mesures de rétorsion commerciale contre un pays tiers.“Notre pays a décidé ce jour de lancer des représailles à compter du 1er septembre contre l’amendement Byrd”, a indiqué le ministre du Commerce et de l’Industrie Shoichi Nakagawa dans un communiqué.Quatrième partenaire commercial des Etats-Unis, le Japon s’est résolu à cette décision après avoir exhorté en vain Washington, à plusieurs reprises, à abroger l’amendement Byrd. A compter du 1er septembre, Tokyo appliquera donc des droits de douane compensatoires sur l’acier américain et 14 produits industriels, parmi lesquels des pièces détachées de machines, les imprimantes, les chariots élévateurs ou les tapis roulants industriels.Le taux sera de 15%, conformément aux mesures similaires déjà prises par l’Union européenne et le Canada contre l’amendement Byrd. Le Japon entend ainsi riposter à cette clause qui permet au gouvernement américain de redistribuer aux industries nationales en difficulté les montants perçus au titre des taxes anti-dumping.En janvier 2003, l’OMC (Organisation mondiale du commerce) avait jugé illégal cet amendement, oeuvre du sénateur Robert Byrd, en vigueur depuis 2000, estimant qu’un tel procédé pénalisait doublement les concurrents non américains.A la suite des représailles nippones, le montant des importations japonaises en provenance des Etats-Unis pourrait chuter de quelque 50 millions de dollars par an, soit le plafond approuvé par l’OMC, a précisé le ministère du Commerce. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc