×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pétrole: L’OPEP s’attend à une nouvelle flambée des prix

Par L'Economiste | Edition N°:1795 Le 22/06/2004 | Partager

. Suite au sabotage des oléoducs irakiens, le cartel est incertain quant à l’avenir Le pompage du brut irakien destiné à l’exportation a repris hier après la réparation de l’un des deux oléoducs du sud du pays saboté il y a une semaine. “Nous pouvons annoncer qu’à 07H15 GMT la réparation de l’oléoduc de 42 pouces a été achevée et que le brut y coule actuellement vers les terminaux offshore”, a déclaré hier à l’AFP Dominic d’Angelo, porte-parole de la coalition dans le sud de l’Irak. Mais il a ajouté que le travail sur le second oléoduc saboté, il y a six jours, se poursuivait. “Nous n’avons pas d’information sur le moment où il sera achevé”, a-t-il dit.D’Angelo a estimé que le pipeline réparé pourrait permettre à l’Irak de mettre sur le marché international environ 1 million de barils par jour (mbj).L’interruption des exportations irakiennes prive le marché mondial de 1,65 à 1,8 million de barils par jour.De son côté, le président de l’OPEP, Purnomo Yusgiantoro, a déclaré hier à Jakarta que le “problème irakien” pourrait maintenir les prix du pétrole à la hausse à long terme. “En 2005, on prévoit que les prix vont faiblir, il y a des indications à ce sujet. Mais en raison du problème irakien, il y a de nouveau des indications que ces prix vont augmenter”, a déclaré le président du cartel pétrolier. Ces sabotages et la poursuite des violences inquiètent le marché pétrolier et empêchent les cours de retomber, malgré les signes de renflouement des stocks et d’augmentation de la production de l’OPEP. L’OPEP avait décidé lors de sa dernière réunion, le 3 juin à Beyrouth, d’augmenter ses quotas de production de 2,5 millions de barils par jour (mbj), à 26 mbj, d’ici le 1er août. “Il est clair que la production de l’OPEP est à son maximum, seuls un ou deux pays du Moyent Orient ont encore des capacités de production en réserve”, a déclaré hier Yusgiantoro. L’OPEP a demandé la semaine dernière aux pays producteurs n’appartenant pas au cartel d’augmenter leur production pour faire baisser les prix. Mais “il n’y a pas eu de signal de leur part”, a dit le ministre indonésien.Yusgiantoro s’est cependant déclaré certain que ces pays allaient répondre à la demande d’une augmentation de leur production, car celle-ci ne provient pas seulement de l’OPEP, mais aussi des pays en voie de développement. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc