×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Pepsi attaque, Coca voit rouge!

Par L'Economiste | Edition N°:2089 Le 18/08/2005 | Partager

. A l’origine du différend entre les deux géants: une publicité de Pepsi qui “dénigrerait l’entreprise” concurrente, selon CocaPepsi/Coca, la guerre reprend? La guerre d’image en tout cas, oui.Dépassé les querelles de l’été avec le sponsoring à tout va… Ce qui fait monter la pression aujourd’hui entre les deux géants du cola, c’est une publicité de Pepsi diffusé depuis la semaine dernière à l’échelle nationale et qui montre, plus ou moins subtilement (chacun appréciera), la défaite de Coca face à son concurrent lors d’un match de foot. Coca étant, évidemment, simplement “suggéré” dans le spot par sa couleur emblématique, et c’est du moins ce qui a fait voir rouge à la maison mère! Le spot de quelques secondes à peine est destiné à promouvoir la toute nouvelle offre de Pepsi: la bouteille de 1,25 litre vendue à 6,90 DH. A signaler que Pepsi a lancé début août sa promotion, au prix d’un litre de Coca. Les images mettent donc en scène un match de foot virtuel, type console de jeux (loisir privilégié de la cible). Deux barres censées représenter les joueurs, de couleur bleue et rouge, se renvoient la balle jusqu’à ce que le rouge se brise en deux, sous l’effet d’un tir des bleus… Et la bouteille Pepsi apparaît alors sur le terrain dans des proportions gigantesques. Veuillez comprendre: c’est lui le plus fort. De quoi relancer la polémique entre les deux ennemis jurés.La réaction de Coca n’a pas traîné.La firme Pepsi a reçu, il y a quelques jours de cela, une mise en demeure de la part de l’avocat de son concurrent le sommant de stopper la diffusion du spot à l’origine de l’“affaire”. De plus, un extrait du document de l’avocat saisi par Coca-Cola -dont L’Economiste a pris connaissance-, considère que “le spot publicitaire en question revêt un caractère déloyal et dénigrant pour son entreprise”. Contacté par L’Economiste, Coca-Cola a exprimé le souhait de voir se régler l’affaire à l’amiable. Une source sûre affirme, par ailleurs, que ce dernier va invoquer la médiation de la HACA, le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle. Celui-ci devrait trancher si oui ou non, il y a effectivement dénigrement de la marque concurrente. L’affaire n’est pas sans rappeler celle qui a opposé Méditel à Maroc Telecom en mars dernier (cf. L’Economiste du 9 mars 2005), à propos du retrait du spot “Tapis rouge” de Méditel lancé en février dernier. Motif: “Dénigrement de l’entreprise concurrente”. La HACA a été saisie à la demande de l’opérateur historique. Le couperet est tombé: l’instance a ordonné, sur le champ, l’arrêt de la diffusion. 2M recevant dans la foulée une injonction manu militari de suspension de la campagne incriminée.Coca-Cola, en tout cas, est suffisamment clair envers Pepsi: “Je vous demande de mettre fin à la diffusion du spot en l’état immédiatement, faute de quoi mon client ne manquera pas de porter l’affaire devant la justice, à vos risques et périls”…


Ce que dit la loi

Pour rappel, les dispositions de la loi 77-03 relative à la communication audiovisuelle -publiée au Bulletin officiel du 3 février 2005-, indiquent, dans la rubrique “publicité interdite”, qu’est considérée comme telle “celle comportant le dénigrement d’une entreprise, d’une organisation, d’une activité industrielle, commerciale, agricole ou de service ou d’un produit, que ce soit en tenant compte de lui attirer le mépris ou le ridicule public ou par tout autre moyen”. Le texte ajoute, par ailleurs, dans son article 65, que “lorsque la publicité contient une comparaison, celle-ci ne doit pas être de nature à induire en erreur les consommateurs et doit respecter les principes de la concurrence loyale”. Conclusion: la publicité comparative, oui, le dénigrement, non!Céline PERROTEY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc