×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pentagone: Unités secrètes de renseignement à l’étranger

Par L'Economiste | Edition N°:1945 Le 26/01/2005 | Partager

.Objectif: Etre informés en temps réel pour les opérations militaires Le Pentagone dispose bien d’une nouvelle unité secrète de renseignement à l’étranger depuis 2003, ont admis le 24 janvier des sources au sein du ministère américain à la Défense, après que le Pentagone ait officiellement nié qu’une telle entité soit sous l’autorité du secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld.Des missions de renseignement sont effectuées à l’étranger pour le compte d’une unité auparavant inconnue au sein du Pentagone, se dénommant Unité de soutien stratégique, placée sous l’autorité de l’agence de renseignement du ministère de la Défense, la DIA, ont indiqué des responsables du ministère sous couvert de l’anonymat.Selon ces sources, les équipes, constituées d’officiers, linguistes, analystes et enquêteurs, travaillent de concert avec des membres des forces spéciales sur des missions spécifiques afin d’améliorer les capacités de «renseignement humain», qui ont fait défaut aux Etats-Unis lors de la préparation de la guerre en Irak notamment.«L’intention est d’aider à fournir plus de renseignements en temps réel pour les opérations militaires sur le terrain», a souligné le porte-parole du Pentagone, Laurence DiRita. «La capture de Saddam (Hussein) a nécessité beaucoup de renseignements très fins», a-t-il dit. Le Washington Post a révélé ce week-end l’existence depuis deux ans d’une agence de renseignement secrète sous le contrôle direct de Rumsfeld, opérant notamment en Irak et en Afghanistan.Selon le journal, cette unité permettait à Rumsfeld d’avoir une autorité directe sur certaines activités de renseignement comme les méthodes d’interrogatoires de prisonniers ou le recrutement d’espions étrangers. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc