×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    P.-O.: Sharon maintient le cap malgré la démission de Netanyahu

    Par L'Economiste | Edition N°:2082 Le 09/08/2005 | Partager

    . 55% des Israéliens pour le retrait, selon un sondageLE Premier ministre Ariel Sharon paraît plus déterminé que jamais à évacuer la bande de Gaza sans se laisser impressionner par la démission de Benjamin Netanyahu, qui redonne espoir aux opposants au retrait prévu pour commencer dans moins de deux semaines. Il a assuré que “le plan de désengagement sera appliqué comme prévu”, même après la démission surprise dimanche du ministre des Finances, qui est son principal rival au sein de son parti, le Likoud (droite).“Cette démission n’aura aucune influence sur l’application du plan de désengagement du Premier ministre, et il ne souffrira d’aucun retard”, a déclaré lundi 8 août un haut responsable israélien.Dans le camp opposé, les adversaires du retrait affichaient leur satisfaction, associant la démission aux manifestations de masse des dernières semaines contre le retrait et annonçant un nouveau rassemblement jeudi 11 août à Tel-Aviv. Le coup de théâtre de la démission de Netanyahu n’a en tout cas pas empêché le gouvernement de donner dimanche 7 août son feu vert à l’évacuation d’un premier groupe de colonies de la bande de Gaza.Par ailleurs, une majorité d’Israéliens continue à soutenir le retrait de la bande de Gaza et l’évacuation de 8.000 colons qui s’y sont installés, selon un sondage publié lundi 8 août. 55% des personnes interrogées sont pour le retrait, tandis que 39% sont contre, selon le sondage. Une majorité relative (47%) estime que Netanyahu a agi par intérêt politique, pour ravir à Sharon la direction du Likoud, et seuls 29% des sondés jugent qu’il a agi par conviction, pour marquer son opposition de principe à un plan de retrait unilatéral.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc