×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

OMC: Les quatre candidats passent leur grand oral à Genève

Par L'Economiste | Edition N°:1946 Le 27/01/2005 | Partager

.Le vainqueur sera désigné au plus tard fin mai au terme d’une procédure consensuelleLes quatre candidats au poste de directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ont commencé le 26 janvier leur grand oral face aux 148 pays membres, lors d’une réunion qui donne le coup d’envoi d’un processus de sélection de quatre mois.Les candidats à la succession du Thaïlandais Supachai Panitchpakdi sont Luiz-Felipe de Seixas Correa (Brésil), Pascal Lamy (France), Jayen Cuttaree (Ile Maurice) et Carlos Perez del Castillo (Uruguay). Ils ont chacun 75 minutes pour présenter leur projet pour l’OMC et répondre aux questions des 148 ambassadeurs. L’Uruguayen, qui a fait le premier son entrée dans l’arène, s’est dit confiant “comme toujours”.Plusieurs ambassadeurs interrogés à leur arrivée au Conseil général extraordinaire de l’OMC ont déclaré qu’ils ne savaient pas quel candidat leur pays allait soutenir, et estimé que la réunion de ce mercredi serait importante pour déterminer les qualités de chaque impétrant. “C’est l’occasion de voir la détermination de chaque personnalité”, a observé l’ambassadeur du Maroc, Mohammed Hilale.Mis à part Lamy, ancien commissaire européen au Commerce, tous les candidats sont issus de pays en développement, qui représentent la grande majorité des pays membres. Ils font valoir que l’OMC doit être dirigée par un ressortissant d’un pays pauvre, car elle s’est engagée en 2001 dans un cycle de négociations qui vise à mettre le commerce au service du développement.Durant son mandat de quatre ans, le vainqueur aura la lourde tâche de mener à bien les travaux, dont la fin est espérée pour 2006.Le vainqueur sera désigné au plus tard fin mai au terme d’une procédure consensuelle, dont chaque étape verra le retrait du ou des candidats ayant le moins de chances de réunir un consensus. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc