×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Offensive chinoise à l’OFEC

Par L'Economiste | Edition N°:1661 Le 12/12/2003 | Partager

. Une exposition commerciale est organisée du 17 au 21 décembre. Les transactions entre les deux pays ont atteint 573 millions de DH en 2002Ce ne sont pas moins de 70 entreprises chinoises multisectorielles qui exposeront leur savoir-faire à l’OFEC. Initiée par la CGEM et le Centre chinois pour le développement du commerce international, l’exposition commerciale chinoise sera, selon ses initiateurs, une véritable plate-forme pour les entrepreneurs marocains qui désirent développer leur relation avec leurs confrères chinois. Une pléthore de produits seront exposés lors de cette manifestation à laquelle participeront 12 provinces chinoises. “Même si le volume des échanges bilatéraux entre le Maroc et la Chine a enregistré une croissance positive ces deux dernières années, il reste en deçà des attentes”, a rappelé Ning Liu, directeur de la délégation chinoise lors de la rencontre de presse organisée pour l’occasion. Les échanges ne sont certes qu’à l’état embryonnaire comme le montrent les chiffres. Même si le Maroc demeure le premier importateur mondial de thé vert de Chine. Ainsi, les transactions entre les deux pays ont atteint 573 millions de DH en 2002 et ont dépassé ce cap au terme des dix premiers mois de cette année. Comparée au volume d’échanges avec d’autres pays africains, l’évolution est dérisoire. Pour l’Afrique du Sud, par exemple, ce volume a atteint, à fin 2002, 2.580 millions de dollars, 1.550 millions pour le Soudan, 1.168 pour le Nigéria et 945 pour l’Egypte. Et pourtant, les niches de coopération à explorer sont nombreuses. “Le récent contrat signé en octobre 2003 entre l’UE et le gouvernement chinois et qui donne aux pays de l’espace Schengen un ADS (Authorized Destination Status) démontre à quel point les Européens ont compris les potentialités qu’offre le marché chinois en matière touristique”, est-il indiqué du côté de la CGEM. Les prévisions montrent, en effet, qu’en 2020, 100 millions de Chinois sillonneront le monde. Le même type de contrat est en cours de finalisation avec le Maroc. Il verra le jour incessamment. Dans le secteur de la pêche, un contrat-programme est aussi sur le point d’être conclu. Il prévoit la mise à niveau de la flotte notamment côtière, une meilleure valorisation du poisson ainsi que le développement de l’aquaculture. “Des entreprises chinoises sont disposées à investir au Maroc en joint-venture, installation de chantiers navals et d’usine de traitement. Elles comptent aussi prospecter le littoral marocain pour déterminer les sites adéquats pour l’aquaculture”, a souligné Khadija Doukkalli, présidente du Conseil d’affaires maroco-chinois créé en avril 2003. En matière de textile, un protocole d’accord entre la CGEM, l’Amith et le CCPIT est actuellement à l’étude. Tout comme dans le textile, les Chinois sont à la recherche de partenaires marocains pour une production locale, en industrie légère, destinée aux marchés européen, américain, africain…En cas de joint-venture, la partie marocaine devra fournir le terrain ainsi que la construction. Les Chinois prendraient en charge l’équipement et le savoir-faire.Fédoua TOUNASSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mareacti[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc