×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Nouvelles propositions des 25 sur l’Iran ce week-end

    Par L'Economiste | Edition N°:2080 Le 05/08/2005 | Partager

    LES négociateurs européens présenteront ce week-end de nouvelles propositions destinées à dissuader Téhéran de poursuivre une activité pouvant conduire à la maîtrise de l’arme nucléaire, a indiqué un responsable du Département d’Etat US. Ces nouvelles propositions pourraient intervenir dès vendredi, a précisé ce responsable qui s’exprimait sous couvert de l’anonymat. Le 3 août, l’Iran a reculé l’échéance pour la reprise d’activités nucléaires ultra-sensibles, qui pourrait prendre encore quelques jours, a déclaré sur la télévision d’Etat le dirigeant en charge du dossier, Hassan Rohani. «Nous espérons reprendre d’ici au début de la semaine prochaine», a dit Hassan Rohani. La semaine commence le samedi en Iran. Un porte-parole du régime, Ali Agha Mohammadi, avait dit plus tôt dans la journée que l’Iran «espérait» redémarrer le jour même son usine de conversion d’uranium d’Ispahan (centre), malgré la menace d’une crise internationale. Un délai pour le redémarrage de l’usine de conversion d’Ispahan (centre) pourrait permettre aux Européens de présenter aux Iraniens leurs propositions de coopération, dans une tentative de la dernière chance pour les dissuader de reprendre ces activités. Les relations entre l’Union européenne et l’Iran sont entrées dans une «phase critique» avec la menace des Iraniens de reprendre dans la journée de mercredi 3 août les activités d’enrichissement d’uranium, a reconnu la Commission européenne. Elle avait sommé mardi 2 août l’Iran de renoncer à mettre son projet à exécution, faute de quoi elle entreprendrait «d’autres types d’actions», un euphémisme pour un possible recours au Conseil de sécurité de l’Onu. Les Iraniens estiment à présent que huit mois de négociations ne leur ont rien apporté et accusent les Européens de vouloir faire de la suspension un «fait accompli».Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc