×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Nouveau plan de retrait de la bande de Gaza

    Par L'Economiste | Edition N°:1798 Le 25/06/2004 | Partager

    . Le projet appuyé par l’armée israélienneL’armée israélienne s’y met à son tour. Elle vient de préparer un plan de retrait de la bande de Gaza à l’automne 2005. Baptisé «éclat céleste», ce plan reste conforme au projet initial du Premier ministre Ariel Sharon. Il prévoit la construction en territoire israélien de nouvelles bases, à la place de celles qui seront évacuées à Gaza, et le transfert des forces israéliennes, qui comptent deux brigades et plusieurs bataillons, soit un effectif global de 10.000 hommes. Ce plan devait être présenté jeudi 24 juin à la «bénédiction» de Shaoul Mofaz, ministre de la Défense, selon des sources militaires. A rappeler que le gouvernement israélien a donné début juin son accord de principe à un retrait par étapes de la bande de Gaza et à l’évacuation des 21 colonies israéliennes installées dans ce territoire, ainsi qu’à quatre implantations isolées du nord de la Cisjordanie. Cette évacuation devra être achevée en septembre 2005 tandis que le redéploiement militaire devra être terminé quelques semaines plus tard.Pour les rabbins ultranationalistes, c’est un autre son de cloche. En effet, les rabbins de colonies juives de Cisjordanie et de la bande de Gaza sont farouchement opposés à ce projet. Ils ont publié un décret religieux interdisant à l’armée et la police israéliennes d’évacuer des implantations. «Personne n’a le droit de participer à l’évacuation d’une implantation en Eretz Israël (Israël dans ses frontières bibliques), qu’il s’agisse d’un civil, d’un policier ou d’un militaire», ont déclaré les rabbins. Ces propos ont été fortement dénoncés par Youval Steinitz, président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense à la Knesset, estimant qu’ils pouvaient «inciter à la désobéissance». Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc