×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Microcrédit
L’Usaid accorde une garantie de 5 millions de dollars

Par L'Economiste | Edition N°:1917 Le 15/12/2004 | Partager

. C’est la Société Générale qui gèrera cette ligne de financement. Elle couvre 50% des crédits distribués par les associations. Bons ratios sectoriels en attendant le plan comptableLe microcrédit fait l’objet de toutes les attentions. Et pour cause, l’instrument est aujourd’hui placé au coeur de la stratégie de lutte contre la pauvreté, au même titre que l’accès aux infrastructures de base ou l’alphabétisation. Les 12 associations que compte le secteur entendent tirer partie de l’opportunité, pour améliorer leur force de frappe auprès de la population défavorisée. Comme pour les banques, le refinancement constitue le nerf de la guerre. En attendant d’être en mesure de lever des fonds sur le marché des capitaux, elles continuent de solliciter le financement bancaire classique.Pour répondre aux besoins croissants du secteur, la Société Générale vient de se voir confier par l’Agence américaine pour le développement, l’Usaid, la gestion d’une garantie globale de 5 millions de dollars. Cette garantie est destinée à couvrir 50% des crédits qui seront alloués aux associations de microcrédit. Le montant de l’enveloppe de crédits qui seront couverts par cette garantie s’élève donc à 10 millions de dollars, dont la moitié provient de la Société Générale. Elle sera allouée aux institutions qui sont agréées par l’Agence américaine dans la limite de plafonds autorisés. Ces derniers sont fixés à 2 millions de dollars pour Al Amana et Fondep, à 1,25 million de dollars pour l’Amsef et 750.000 dollars pour Inmaa. Les autres institutions bénéficieront du reliquat de 4 millions de dollars. A préciser que la Société Générale a été parmi les premières banques à s’impliquer dans la microfinance dès les années 90 en finançant les principales associations du secteur, moyennant des taux bonifiés. A ce jour, les autorisations accordées avoisinent 100 millions de DH.De même, le rôle de l’Usaid dans la promotion de la microfinance remonte à la précédente décennie. Outre l’appui technique apporté aux associations, l’Agence américaine aura contribué activement à l’élaboration de la loi sur le microcrédit. Le pas est important puisque, désormais, les associations sont habilitées à octroyer des prêts selon la même démarche que les banques. Elles financent non seulement les activités génératrices de revenus mais aussi le logement. Par ailleurs, ce nouveau cadre légal leur permet de mobiliser des capitaux plus importants. Les associations prévoient d’aller plus loin en collectant de l’épargne. L’adoption prochaine du plan comptable est susceptible de faciliter la transition.


Un taux de remboursement de 99%!

Selon les données de la Fédération nationale des associations de microcrédit, le nombre de prêts accordés est passé de 90.000 à 300.000 entre 2000 et 2004. De même, l’encours a explosé sur la période de 90 à 540 millions de DH. En 2004, les bénéficiaires sont à 75% des femmes (encours de 540 millions de DH) et à 85% des microentrepreneurs.Les crédits distribués se déclinent en deux catégories. Les prêts solidaires compris entre 1.000 et 10.000 DH sur une durée de 3 à 9 mois. Ils sont destinés à un groupe de 5 microentrepreneurs en moyenne qui se cautionnent mutuellement pour rembourser les prêts.Les prêts individuels inférieurs à 20.000 DH sont distribués sur une durée de 24 mois.La maturité des prêts est orientée sur le court terme, sur une durée moyenne de 6 mois. Le secteur affiche un taux de remboursement à faire pâlir les banquiers (99%) et une rentabilité des portefeuille satisfaisante. M. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc