×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Mauritanie: Désignation du nouveau gouvernement

    Par L'Economiste | Edition N°:2084 Le 11/08/2005 | Partager

    . IL compte 24 membres dont 4 femmesLA liste du gouvernement de transition formé par le nouveau Premier ministre mauritanien, Sidi Mohamed Ould Boubacar, a été publiée mercredi 10 août dans un décret signé par le président du Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD), a indiqué l’Agence mauritanienne d’information (AMI).La nouvelle équipe comporte 24 ministres et secrétaires d’Etat, dont 4 femmes. Il ne compte aucun membre de l’équipe sortante de Sghaër Ould M’Barek qui a présenté dimanche 7 août sa démission au nouvel homme fort de Nouakchott, le colonel Ely Ould Mohamed Vall.Le ministère de la Défense, sans doute conservé par le colonel Ould Mohamed Vall, ne paraît sur la liste de ce gouvernement de transition qui ne devrait pas excéder deux ans, selon les engagements pris par la junte militaire. Le portefeuille des Affaires étrangères et de la coopération revient à Ahmed Ould Sid’Ahmed, qui avait occupé cette fonction sous la présidence de Ould Tayaa et qui avait signé à Washington, en 1999, l’établissement de relations diplomatiques avec Israël.Son arrivée serait destinée à rassurer la communauté internationale, en particulier les USA, très attachés aux relations entre Nouakchott et Tel Aviv, la Mauritanie étant le troisième pays arabe, après l’Egypte et la Jordanie, à avoir établi des relations diplomatiques avec l’Etat hébreux, a indiqué un expert politique sous couvert d’anonymat.Les Etats-Unis ont renoncé lundi 8 août à leur exigence du retour au pouvoir du président déchu, se rangeant derrière la position de l’Union africaine dont une mission dépêchée le 9 août à Nouakchott s’est déclarée “rassurée” par les nouveaux dirigeants militaires.Pour rappel, un Conseil militaire pour la justice et la démocratie (CMJD) a pris le pouvoir à Nouakchott sans effusion de sang le 3 août, alors que le Président mauritanien Maaouiya Ould Tayaa se trouvait en Arabie saoudite.Le putsch a été unanimement condamné par la communauté internationale, mais semble favorablement accueilli par les Mauritaniens.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc