×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le Maroc paie cher son manque de leaders
Le modèle jordanien

Par L'Economiste | Edition N°:1773 Le 21/05/2004 | Partager

. Le projet «Connaissance pour le développement» rapporte gros. Des leaders partoutLa Jordanie n’est pas un modèle pour rien. Et ce n’est pas parce qu’elle a uniquement signé un accord de libre-échange avec les Etats-Unis, argument souvent repris pour minimiser l’intelligence politique et économique de ce tout petit pays encavé dénué de ressources naturelles. Ce sont ses hommes qui font sa vraie richesse. Moins de 6 millions d’habitants, pour un PIB par tête de 8.340 dollars en 2003. La Jordanie a su mobiliser ses meneurs d’hommes, comme le note le rapport d’Al Akhawayn*. Elle a ses champions qui mènent les projets de l’économie de la connaissance. Ces leaders sont disponibles sur le marché du travail. Pour des missions spéciales, ils sont détachés de leur emploi initial et mis à la disposition du projet Connaissance pour le Développement (CPD). S’il n’y a pas de disponibilité, le pays fait appel aux compétences de sa diaspora. «Placés à tous les niveaux, ils sont recrutés sur contrat et leur stabilisation dépend de leur performance sur l’avancement du projet». Une vision bien entrepreneuriale appliquée à l’échelon national. La Jordanie a le plus haut taux d’alphabétisation dans le monde arabe (89,2%), le plus haut indice de développement humain (0,714). En matière de réactivité aux nouvelles technologies, elle fait fort aussi. L’e-gouvernement a permis de connecter six ministère la première année, 120 départements ministériels dans les deux années qui ont suivi l’application du programme. Ce qui lui a permis, note le rapport, de réduire les coûts des fournitures de 20% dans les administrations. Plus de 2.000 personnes ont été employées durant ces deux années. Le projet du e-learning a permis de connecter 4.000 écoles publiques et privées. Les exportations des produits de technologies de l’information lui rapportent 550 millions de dollars et ont permis la création de 30.000 nouveaux emplois.L’engagement des chefs se fait ainsi à tous les niveaux. Le Roi Abdallah II et la Reine sont impliqués directement dans le programme. Un conseiller du roi est chargé du CPD. Trois ministres connaisseurs en éducation, enseignement supérieur, recherche, poste et technologies de l’information sont directement responsables du projet. 6 lois ont été modifiées pour faire face aux exigences de ce projet (télécoms, services postaux, relations et transactions électroniques, fiscalité), 25 lois ont été adaptées pour favoriser les exportations des produits et services du secteur émergent des technologies de l’information. Enfin, la coopération verticale entre acteurs centraux et acteurs décentralisés est permanente.M.Kd

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc