×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le Français Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI

Par L'Economiste | Edition N°:2622 Le 02/10/2007 | Partager

Le Français Dominique Strauss-Kahn a été nommé vendredi dernier à la tête du FMI, qu’il a aussitôt promis de réformer en profondeur pour répondre aux nombreuses critiques adressées à cette institution sexagénaire.A 58 ans, l’ancien ministre socialiste devient le 4e patron français de l’institution de Washington. Il succèdera le 1er novembre au conservateur espagnol Rodrigo Rato, démissionnaire pour motif personnel.«C’est pour moi une joie, un honneur et une responsabilité», a réagi l’intéressé, soulignant «la puissante légitimité que lui donne le très large soutien dont il a bénéficié, notamment dans les pays émergents et des pays à bas revenus». «Je suis déterminé à engager sans tarder les réformes dont le FMI a besoin pour mettre la stabilité financière au service des peuples en favorisant la croissance et l’emploi», a-t-il ajouté.Soutenu par l’Union européenne, le Français était en compétition avec Josef Tosovsky, candidat tchèque présenté par la Russie. Economiste reconnu, Strauss-Kahn, s’est toujours voulu l’avocat d’un «socialisme du réel».Soucieux de ne pas apparaître comme le candidat du Nord contre le Sud pour prendre la tête de cette institution en crise de légitimité, Strauss-Kahn avait choisi d’attendre, à Santiago du Chili, le verdict des 24 membres du conseil d’administration. Il devait aussitôt rentrer à Paris.Sur les rangs depuis début juillet, Strauss-Kahn disposait d’une longueur d’avance sur son challenger de dernière minute. Adoubé par les Etats-Unis, il avait mis à profit les semaines précédant l’élection pour consolider sa candidature, notamment dans les pays en développement.Il a effectué cet été un quasi tour du monde, parcourant selon ses dires 100.000 kilomètres à la rencontre de ses électeurs, qui représentent les 185 Etats membres. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc