×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le dollar pâtit des craintes sur les déficits

Par L'Economiste | Edition N°:2089 Le 18/08/2005 | Partager

. Malgré la bonne santé de l’économie américaine Le dollar décline depuis plusieurs semaines après une envolée de deux mois, alors que les investisseurs se focalisent à nouveau sur les déséquilibres budgétaires et commerciaux des Etats-Unis et ignorent d’excellentes nouvelles de l’économie américaine.De début mai à début juillet, le dollar s’est envolé face à un euro éreinté par la crise politique ayant suivi la débâcle des référendums sur la Constitution européenne en France et aux Pays-Bas, et alors que l’économie de la zone euro semblait s’approcher d’une récession.Par comparaison, l’économie américaine éclatait de santé. Le dollar est ainsi passé de 1,29 dollar pour un euro début mai à 1,1.868 dollar pour un euro le 5 juillet.Depuis, le billet vert a progressivement décliné, pour atteindre son niveau le plus bas à 1,2.486 dollar pour un euro vendredi. Mardi à 17H00 GMT, la devise européenne cotait 1,2.334 dollar. Pourtant, les nouvelles économiques des Etats-Unis restent bonnes et la Réserve fédérale américaine (Fed) continue d’augmenter progressivement les taux d’intérêt aux Etats-Unis. Ils sont actuellement à 3,5% et cela devrait inciter à acheter du dollar, les investissements étant mieux rémunérés de ce côté-ci de l’Atlantique, alors que la Banque centrale européenne maintient obstinément ses taux à 2%.Les économistes expliquent ce paradoxe par plusieurs raisons. D’une part, les facteurs «bonne santé économique des Etats-Unis» et «relèvement des taux par la Fed» ont fait partie des principaux soutiens du dollar pendant son ascension mais «ils arrivent en bout de course», remarque David Solin, analyste de FX Analytics.Greg Anderson, de la banque ABN Amro, estime pour sa part que l’horizon s’est un peu dégagé du côté de la zone euro, à la fois sur le plan économique et politique.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc