×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La ville attire peu de touristes portugais

Par L'Economiste | Edition N°:1945 Le 26/01/2005 | Partager

. Le trophée obtenu à Lisbonne n’ouvre pas toutes les portesIls ne sont pas nombreux certes, mais promettent de grands potentiels, du moins sur le marché marrakchi. Avec des performances assez modestes, le marché portugais est loin d’être placé parmi les grandes priorités de l’Office national du tourisme marocain (ONMT). Surprise donc à la bourse de Lisbonne de tourisme, où plusieurs Marrakchis se sont rendus, à la recherche d’une place sur cet échiquier. Et l’ONMT y a réussi. C’est à travers son stand que le Maroc a reçu une médaille, durant cette foire. C’est tout autant significatif que cela veut dire tout simplement que le produit marocain est désormais inscrit sur les brochures des TO autochtones. Quoi que l’on en dise, la ville a besoin de tous ces types de marchés pour conforter la destination et surtout atteindre son objectif de 3 millions de touristes, sa quote-part dans la vision de 10 millions de touristes d’ici fin 2010. La proximité géographique, la diversité des produits du tourisme national et les liens historiques entre le Maroc et le Portugal sont autant de facteurs qui contribueront à la promotion du produit marocain auprès des tour-opérateurs portugais, assure-t-on.Dans une déclaration, à l’issue des travaux de la bourse du tourisme de Lisbonne 2005, Abdelmalek El-Malki, a indiqué que 20 % des 5 millions de touristes portugais passent leurs vacances à l’étranger, précisant que l’Espagne et la France en attirent 75%, suivis du Brésil avec 100.000 visiteurs.Décryptée, cette déclaration dit que la destination Maroc n’en reçoit que des miettes, notamment Marrakech. Miettes qui se chiffrent à quelques recettes toutefois.Jusqu’à maintenant, le Maroc vient en troisième position devant la Tunisie, l’Egypte et la Turquie, en terme d’arrivées. Ce marché a besoin d’un sérieux coup de pouce, même s’il n’est pas programmé parmi les marchés prioritaires de l’ONMT. B. B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc