×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La célébration de la journée mondiale reportée

    Par L'Economiste | Edition N°:1914 Le 10/12/2004 | Partager

    . Le Forum de l’avenir qui se tient en dépit des protestations lui vole la vedetteC’est aujourd’hui 10 décembre que la communauté internationale célèbre la 56e journée mondiale des droits de l’homme. Dans le monde entier, des manifestations sont organisées pour célébrer cet événement, tandis qu’au Maroc, ce n’est pas le cas. Le Forum de l’avenir qui se tient le 11 décembre à Rabat, en dépit des nombreuses protestations, a volé la vedette à la journée internationale des droits de l’homme. Même les ONG marocaines des droits de l’homme n’y ont pas dérogé ces dernières semaines, manifestant également leur désapprobation quant au déroulement de ce forum. Mais elles ont dû faire contre mauvaise fortune bon cœur en reportant de quelques jours la célébration de la journée mondiale. La célébration de la journée mondiale du sida du 1er décembre a bien été décalée au 7 décembre au Maroc…Pour sa part, l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) compte organiser le 21 décembre une rencontre artistique pour d’une part, fêter cet événement et de l’autre, publier son rapport annuel et une étude concernant l’éducation et les droits de l’homme. En revanche, cette organisation a quand même tenu hier 9 décembre une rencontre pour protester contre le forum de l’avenir. Dans la même foulée, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) avec le soutien de la Banque mondiale et de la Commission européenne a organisé les 8 et 9 décembre à Rabat une rencontre qui traitait du même thème. Celle-ci a réuni le Conseil consultatif des droits de l’homme (CCDH), le Centre des études des droits de l’homme du Caire, le réseau euroméditerranéen des droits de l’homme et plusieurs ONG provenant de quinze pays arabes. Les participants ont lancé un appel au renforcement des droits de l’homme dans le monde arabe. Pour sa part, Ahmed Chaouki Benyoub, membre du CCDH, a évoqué la nécessité des réformes tout en soulignant le rôle avant-gardiste que doivent jouer dans ce sens les ONG arabes. Celles-ci devraient être les “seules habilitées à proposer des idées de réformes et nous n’acceptons pas qu’elles proviennent des Américains, des Européens, des nationalistes arabes ou des fondamentalistes islamistes”, a-t-il indiqué à l’AFP. Il visait notamment les participants au Forum de l’avenir qui traitera des réformes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En effet, une quinzaine de pays musulmans et arabo-musulmans de cette grande région se réunissent avec les pays du G8 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Japon, Canada et Russie), pour la première rencontre ministérielle organisée dans le cadre de projet américain pour les réformes du “Grand Moyen-Orient”.Sur un autre registre, le Maroc avance considérablement dans sa voie de réconciliation avec le passé. L’Instance équité et réconciliation (IER) entamera dès la mi-décembre les auditions publiques des victimes des violations passées des droits de l’homme. Elle a également entrepris l’analyse de certains cas et vérités des violations et pris connaissance des péripéties de Tazmamart, d’Agdz, de Tagounit, de Kourbis et de Dar Bricha. Outre la réparation des préjudices subis par les victimes, l’IER examine aussi les moyens susceptibles de réparer les dégâts subis par la région sur les plans économique, social et touristique.Nadia DREF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc