×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

L’Afghanistan et l’Irak candidats à l’OMC

Par L'Economiste | Edition N°:1916 Le 14/12/2004 | Partager

. L’Iran rejeté pour la 20e fois, faute de consensusLes 148 pays membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a approuvé le 13 décembre à l’unanimité l’ouverture de négociations avec l’Afghanistan et l’Irak sur l’entrée de ces pays dans l’organisation, a-t-on appris de sources proches de la réunion. La candidature de l’Iran a, en revanche, été rejetée pour la vingtième fois, faute de consensus au sein du Conseil général de l’OMC, l’organe exécutif qui réunit tous les membres de l’institution multilatérale, a-t-on indiqué de même source.“Le Conseil général a décidé de mettre en place un groupe de travail qui sera chargé d’étudier la candidature de l’Irak”, a fait savoir une source proche de l’OMC en marge d’une réunion du Conseil général, ajoutant que la même décision avait été prise concernant l’Afghanistan.La candidature iranienne a, en revanche, été repoussée, comme elle l’a été ces dernières années à 19 reprises du fait de l’opposition des Etats-Unis. La semaine dernière, un porte-parole du département d’Etat, Adam Ereli, avait fait valoir qu’il y avait “un manque de consensus” à l’OMC sur la candidature de Téhéran, que les Etats-Unis ont rangé dans “l’axe du mal”.L’Irak a déposé sa candidature en octobre dernier, l’Afghanistan en avril 2003 et l’Iran en 2001. Soutenu par Washington, l’Irak a obtenu en février dernier un statut d’observateur au sein de l’OMC. L’Union européenne avait alors indiqué qu’elle soutenait la candidature de Bagdad mais qu’elle souhaitait que l’Iran et la Syrie obtiennent le même statut d’observateur.L’ouverture de négociations d’adhésion se traduit par la mise en place d’un groupe de travail auquel le pays candidat doit remettre un memorandum sur sa politique commerciale. Des négociations multilatérales peuvent ensuite s’ouvrir avec en parallèle des négociations bilatérales entre le pays candidat et tous les Etats membres qui demandent à le faire. Dans le cas de la Chine, qui a adhéré fin 2001, la procédure a duré au total une quinzaine d’années. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc