×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak: Situation chaotique à une semaine du transfert

Par L'Economiste | Edition N°:1797 Le 24/06/2004 | Partager

. Décapitation, explosion, menaces. Les exportations de pétrole reprennentLA tension va crescendo en Irak, à quelques jours du transfert des pouvoirs au gouvernement irakien. L’otage sud-coréen, détenu par un groupe islamiste armé lié à Al-Qaïda, Tawhid wal jihad, a été décapité. Les chaînes de télévision ont censuré les scènes de sa décapitation. Séoul a annoncé que tous les civils sud-coréens, à l’exception du personnel essentiel, seraient évacués d’Irak, mais que les militaires continueraient à y être déployés en dépit de l’exécution de l’otage. «Pour imposer leur vision, ils veulent que nous partions, mais les Etats-Unis ne seront pas intimidés», a déclaré le président américain à la presse. La Corée du Sud, pour sa part, prévoit de déployer 3.000 hommes supplémentaires dans le pays à compter d’août en plus des 660 personnes déjà sur place.Sur le terrain, les attentats continuent. Cette violence va s’intensifier après le transfert de l’autorité aux Irakiens le 30 juin, jusqu’aux élections (prévues pour janvier), a prévenu le secrétaire adjoint américain à la Défense, Paul Wolfowitz. Selon lui, les insurgés vont s’efforcer de faire échouer l’établissement d’un gouvernement élu.En conséquence, les Etats-Unis et le nouveau gouvernement irakien pourraient mutuellement décider d’imposer la loi martiale dans certaines zones en Irak après le 30 juin, a-t-il poursuivi devant la commission des forces armées de la Chambre des représentants.Sur le plan économique, les exportations limitées par le principal oléoduc du nord ont repris. «Le pompage vers le port de Ceyhan a repris mardi après une réparation de l’oléoduc saboté à plusieurs reprises ces dernières semaines. Il se limite à 200.000 barils par jour», a affirmé un responsable de la compagnie pétrolière du Nord (NOC).Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc