×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak: Des mesures de sécurité pour le scrutin

Par L'Economiste | Edition N°:1937 Le 13/01/2005 | Partager

. Plus de 11% du budget 2005 serait consacré à la défenseLE gouvernement irakien et ses alliés américains mettent en place les mesures de sécurité pour assurer la bonne tenue des élections générales du 30 janvier dans un pays ensanglanté par la violence, alors que les appels aux sunnites pour participer au scrutin se multiplient.Les autorités françaises ont de nouveau demandé aux dirigeants de la presse française de ne pas envoyer de reporter en Irak en raison des risques encourus, alors que la disparition à Bagdad de la journaliste Florence Aubenas et de son interprète irakien Hussein Hanoun Al Saadi restait entourée de mystère.Le président américain George W. Bush et le Premier ministre irakien Iyad Allaoui ont discuté “des préparations pour les prochaines élections afin de s’assurer que la date du 30 janvier fixée par la commission électorale sera respectée”, a dit le porte-parole de la Maison Blanche Scott McClellan.Le ministre irakien des Affaires étrangères Hoshyar Zebari, dans une déclaration au journal Al Ahram, a réaffirmé que les élections se tiendraient à la date prévue. Les élections ne seront pas exemplaires, ni organisées à 100%. Il y aura des problèmes mais nous pouvons les tenir parce que la majorité du peuple irakien le veut”, a-t-il souligné.Pour faire face aux violences meurtrières, devenues le lot quotidien des Irakiens, Allaoui a annoncé le 11 janvier à Bagdad que plus de 11% du budget 2005 serait consacré à la défense.Il a précisé que le gouvernement consacrerait 2,2 milliards de dollars à l’armement des forces irakiennes et qu’il doublerait les effectifs de l’armée  de 66.000 actuellement à 150.000. Les dépenses du budget 2005 de l’Irak se montent à environ 19,5 milliards de dollars.Allaoui a reconnu que la “situation sécuritaire reste mauvaise”. “Nous ne prétendons pas avoir réussi, mais nous avons réalisé des progrès dans la poursuite de la traque des éléments terroristes”. Chaque jour, des attentats visent la police et l’armée dont l’équipement est nettement insuffisant par rapport à celui de la guérilla.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc