×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Infrastructures aéroportuaires
La mise à niveau coûtera 3,3 milliards de DH sur 4 ans

Par L'Economiste | Edition N°:1886 Le 29/10/2004 | Partager

. Dès 2008, l’Aéroport Mohammed V devra doubler sa capacité. Des extensions toucheront aussi les sites de Tanger, Al Hoceïma, Dakhla, Marrakech et EssaouiraLe programme de mise à niveau des aéroports nécessite pas moins de 3,3 milliards de DH. C’est du moins ce qui a été annoncé récemment par le ministre de l’Equipement. Le montant global des investissements est réparti entre le développement aéroportuaire (2,6 milliards) et le volet équipement (660 millions de DH), à partir de l’année en cours et ce, jusqu’à 2008.Parmi les principaux projets de ce programme, l’extension de l’Aéroport Mohammed V de Casablanca. Le réaménagement de l’aérogare de Casablanca est une réponse à la demande croissante enregistrée au niveau de l’aéroport. Mais aussi un moyen de capitaliser sur la position de hub. Sur ce site, le projet porte sur la réalisation d’un nouveau terminal de 40.000 m2 de superficie et le réaménagement du bâtiment existant. Sont également prévues la construction d’une aire de stationnement d’avions pour le traitement simultané de 10 avions moyen-courrier et celle d’un réseau de voiries avec un parking de véhicules doté d’une capacité de 1.000 places. «Ce qui permettra de doubler la capacité de l’aérogare et passer à 8 millions de passagers par an dès 2008», précise-t-on au département de l’Equipement. Pour rappel, en 2003 le nombre de passagers a été de quelque 3,8 millions au niveau de l’Aéroport Mohammed V.Le doublement de la capacité permettra également d’améliorer la gestion des flux passagers et des bagages, la séparation des flux arrivée et départ, le trafic national et international ainsi que de meilleures conditions de sécurité et de sûreté. L’objectif est de contribuer à faire un «aéroville», avec des activités économiques et des emplois autour. A lui seul, le coût de ce projet est estimé à 720 millions de DH. La livraison de l’aérogare est prévue en décembre 2006. Autres extensions prévues, celles des aéroports de Tanger, Al Hoceïma, Dakhla, Marrakech et Essaouira qui devront également développer des équipements de sécurité. Il s’agit de sites qui connaissent un important flux et qui permettront un retour sur investissement dans des délais courts. Bien entendu, les réformes dans l’aérien sont conçues de manière à accompagner et inciter le développement touristique conformément à la Vision 2010. En revanche, la poursuite de la libéralisation impose une nouvelle politique sectorielle, précise-t-on au département du Transport.


Politique sectorielle

De l’avis du ministère de l’Equipement et du Transport, la poursuite de la libéralisation et l’arrivée de nouveaux opérateurs nécessitent une nouvelle approche. Pour optimiser la gestion de l’aérien, l’effet de synergie est de mise, car en termes d’infrastructures, tout est lié. A cet effet, une nouvelle politique sectorielle devra être mise en place parallèlement à l’arrivée de nouveaux opérateurs qui développent de nouvelles destinations. Au programme également, la création d’une nouvelle compagnie filiale de la RAM, spécialisée dans la desserte en charter et en régulier low cost. Par ailleurs, la focalisation de la RAM sur le régulier autour du hub de Casablanca devra être maintenue. A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc