×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Guantanamo: Washington négocie des transferts de prisonniers

    Par L'Economiste | Edition N°:2084 Le 11/08/2005 | Partager

    . Le Maroc figure en tête des pays concernésDES négociations sont en cours entre les Etats-Unis et plusieurs pays islamiques pour leur transférer des ressortissants actuellement détenus sur la base américaine de Guantanamo (Cuba), a indiqué mardi le département d’Etat.“Nous sommes en train d’examiner comment conclure des accords avec un certain nombre de pays pour accroître encore le nombre de ces transferts”, a expliqué Adam Ereli, porte-parole. Ce dernier commentait des informations parues dans le Washington Post mardi 9 août citant des sources officielles selon lesquelles les Etats-Unis sont en pourparlers avec une dizaine de pays dont l’Arabie saoudite, le Bahreïn, l’Egypte, le Koweït et le Maroc pour des transferts de prisonniers.“Des discussions en cours avec différents pays, dont ceux qui ont été cités, pour leur remettre leurs citoyens”, a indiqué Ereli.Dans le cadre de ces transferts, les Etats-Unis et l’Afghanistan viennent de conclure un accord pour transférer progressivement les prisonniers afghans de Guantanamo vers l’Afghanistan.Quelque 510 prisonniers de 36 nationalités, dont une centaine de Saoudiens et une centaine d’Afghans, sont détenus sur la base américaine de Guantanamo à Cuba. Ereli a indiqué espérer que l’accord passé avec Kaboul pourra servir de modèle avec d’autres pays. “Dans toutes ces discussions, il y a des points communs. Premièrement, nous devons nous assurer que les prisonniers seront traités de telle manière qu’ils ne représentent pas une menace pour la communauté internationale compte tenu de leurs activités précédentes (...) et deuxièmement, s’il y a transfert, nous devons nous assurer qu’ils seront traités humainement et selon les normes internationales”, a dit Ereli.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc