×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Grippe aviaire: Un vaccin testé sur l'homme semble efficace

    Par L'Economiste | Edition N°:2082 Le 09/08/2005 | Partager

    Des scientifiques américains ont testé sur l’homme un vaccin qui semble efficace contre la grippe aviaire, qui a tué au moins 60 personnes en Asie du Sud-est, a rapporté dimanche la presse américaine.Les chercheurs de trois universités américaines ont testé le vaccin contre le virus H5N1, fabriqué par le laboratoire français Sanofi Pasteur.“C’est une bonne nouvelle, nous avons un vaccin”, se réjouit Anthony Fauci, directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, interrogé par le New York Times.Un petit groupe de volontaires en bonne santé de moins de 65 ans ont reçu deux doses du vaccin, selon le Washington Post. Des personnes âgées de plus de 65 ans et des enfants recevront également des doses de vaccin.“Ce sont de très importantes études”, dit Michael Osterholm, de l’université du Minnesota, au Washington Post.“C’est la confirmation de ce que nous espérions. Nous avions tous jugé que deux doses devraient marcher. Si cela n’avait pas été le cas, nous aurions eu des problèmes”, explique-t-il.Si les premiers résultats sont très prometteurs, il faudra cependant effectuer d’autres tests pour déterminer la dose optimale à injecter, le nombre de doses nécessaires pour être protégé ou s’il faut adjoindre un autre élément, appelé adjuvant, pour pouvoir augmenter l’efficacité du vaccin en utilisant de moindres doses.“Nous n’avons pas toutes les doses de vaccin pour satisfaire une demande éventuelle. Le gros problème maintenant est de savoir si nous pouvons fabriquer assez de doses de vaccin, sachant l’incapacité notoire de l’industrie pharmaceutique à en fabriquer suffisamment”, ajoute Fauci.Fin juin, l’OMS a revu à la baisse le risque imminent de pandémie de grippe aviaire, à la suite de résultats annoncés par une équipe de chercheurs étrangers qui n’a trouvé au Vietnam aucune indication que le virus mortel avait muté.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc