×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Festival international du film de Marrakech
    “L’Alchimiste” tourné au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:1912 Le 08/12/2004 | Partager

    . Un projet de la Warner, chapeauté par Laurence Fishburne. L’organisation de la 4e édition évince encore une fois les artistes marocains  La bonne nouvelle: une grosse production en perspective qui devrait se conclure durant le Festival du cinéma de Marrakech. Celle de la Warner, inspirée du best-seller “L’Alchimiste” de Paulo Colheo. Laurence Fishburne chapeautera le projet. Ce sera apparemment le 16e scénario tiré de ce livre. Et ce film sera tourné au Maroc.   Le Festival est aussi censé être un carrefour pour le monde du cinéma marocain afin de nouer des contacts avec des producteurs étrangers. “Difficile de réaliser cet objectif, lorsque tout est fait pour que le monde du cinéma marocain soit écarté”, clame haut et fort un Saïd Naciri déçu et qui n’avait pas envie d’en rire cette fois-ci. Le Festival ne sort pas de cette image qu’il s’est donné: celle d’un festival étranger délocalisé à Marrakech. Effectivement, lors de la soirée d’ouverture, il n’y en aura que pour les artistes étrangers et égyptiens. L’organisation a été confiée cette année à la société française Public System cinéma.La nouvelle équipe de Sail et Laraichi a beau programmer un panorama du film marocain (mais qui s’arrête à 2000) en marge de la compétition, cela demeure insuffisant aux yeux des artistes locaux.Autre insuffisance, la présence des productions marocaines dans la compétition. Seul le film Tenja de Hassan Legzouli est dans la course. La compétition officielle comprend 14 films. Le choix fut difficile, confie la direction artistique. Le Festival aurait été inondé de productions de toutes parts. En dehors des compétitions, 10 films sont programmés dont Alexander d’Oliver Stone, tournée en grande partie au Maroc. En compétition, c’est le film espagnol El Crimen Ferpecto qui a ouvert le bal lundi soir. Les premières 4 minutes de scènes plutôt érotiques auront gêné plus d’un lors de cette soirée inaugurale.


    Échos du festival

    . Voir un film à Jamaa El Fna et mourir de… froidLes organisateurs devraient faire un tour à la place Jamaa El Fna pour constater s’il est possible de regarder un film sur un écran géant dans une ambiance aussi animée que celle de la place et avec une température de +5°. . Prise de becBien plus, en fait, qu’une prise de bec, celle qui aurait opposé Mélita Toscan du Plantier et une animatrice TV, spécialisée dans le cinéma. Les deux respectueuses dames en seraient presque venues aux mains.  . OuvertureA l’ouverture, toutes les stars et même les actrices de second rang étrangères sont arrivées en voiture (le Festival met en place un parc à la disposition des artistes). Les Marocains n’auront pas ce privilège, comme ils ne réussiront pas à attirer l’attention de la horde de photographes et cameramen à l’entrée du Palais des Congrès.. PlaceLes acteurs marocains ont été placés au troisième étage de la grande salle du Palais des Congrès qui comprend 1.600 places. Ne dit-on pas qu’il ne faut pas mélanger serviettes et torchons? . Interviews Il n’y en a que pour la presse et la télévision étrangères. Les attachés de presse du festival sont injoignables pour les autres. Les services de sécurité dans les hôtels n’hésitent pas à renvoyer les “intrus”.. Persona non grata Les acteurs marocains, qui ont tenu des rôles dans le film “Alexandre le Grand” d’Oliver Stone n’ont pas droit de cité. Moins d’une heure avant le début de la projection du film en avant-première hier, ils n’avaient toujours pas reçu leurs invitations à assister à la projection. Idem pour les représentants de la presse nationale, pourtant dûment accrédités. De notre correspondante, Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc