×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Fès : Un réseau de trafic de CIN et de permis de conduire démantelé

Par L'Economiste | Edition N°:1661 Le 12/12/2003 | Partager

. Les criminels fabriquaient illégalement, aussi, des logos de marques commerciales. Ils achetaient des chéquiers volés et reconfiguraient les informations qu’ils contiennent sur leur propre CIN Au total, une vingtaine d’opérations sont à l’actif d’une bande de faussaires de papiers d’identité, de permis de conduire et de logos de marques commerciales. Arrêtés à la suite d’une vaste opération d’assainissement menée par le Service régional de la police judiciaire (SRPJ), ces trafiquants ont été déférés devant le Parquet le 4 décembre courant. «A l’origine, deux principaux auteurs: un vendeur d’eau de javel et un imprimeur ont pu reproduire plusieurs logos de la marque ACE et même des sachets de produits importés», indique Mustapha Dahmani, chef de la 2e Brigade économique et financière. Selon lui, les deux criminels ont avoué que leur idée de fabriquer des CIN contrefaites était venue après leur rencontre avec un troisième individu qui vendait un chéquier volé. Ils ont pu s’associer à lui et c’était parti pour les grandes opérations d’escroquerie. Le voleur apporte des carnets de chèques et eux se chargent de la reconfiguration de leurs propres CIN et de celles de leurs proches. Une fois prête, la fausse carte contenant le nom inscrit sur le chèque sert aux achats quotidiens (appareils électroménagers, meubles, habits, abonnements au GSM…). En gros, les escrocs ont fait profiter leur famille de ce nouveau trafic mais pour une période limitée. Donnant aux nouvelles cartes d’identités des numéros aléatoires, les deux faussaires ne tardèrent pas à commettre une erreur fatale en omettant de changer l’information concernant l’adresse de l’un de leurs voisins à qui ils avaient dérobé sa carte d’identité. Le SRPJ convoqua la personne qui a affirmé avoir reconnu «la tête» de celui qui figure sur sa propre CIN. Et c’est ainsi que les malfaiteurs ont été arrêtés «un par un», explique Dahmani. Figurent parmi les objets saisis une grande imprimante «Offset», des téléphones portables, un téléviseur, deux ordinateurs et un scanner. Les accusés ont dénoncé tous leurs receleurs (5 personnes). Ils ont impliqué même un propriétaire de cyberclub qui leur a scanné une CIN pour un montant de 150 DH. Les 5 receleurs ont été arrêtés et six autres personnes impliquées dans la même affaire sont actuellement activement recherchées. Notons que le réseau produisait aussi des permis de conduire à la demande des MRE qui voulaient avoir l’équivalent d’un permis international à l’étranger. Les demandeurs réclamaient des permis antédatés qui prouvent une certaine expérience pour la conduite. En contrepartie, les faussaires produisaient des permis moyennant une somme de 4.000 DH la pièce. Nouvelle stratégieD’autre part, l’équipe Serghini (patron de la Sûreté régionale à Fès) entame actuellement des actions répressives inscrites dans le cadre de la lutte contre la criminalité. L’objectif de ces actions est de mettre hors d’état de nuire tout suspect, souligne Abdelmalek Hessaki, chef du SRPJ. Et d’ajouter que son staff poursuit un plan d’action basé sur une nouvelle stratégie. Il s’agit d’opérations de contrôle menées sur la voie publique et les lieux malfamés. «Il y a une concentration sur une double mission à savoir: une mission préventive avec la collaboration de tous les services de la sûreté régionale et une autre mission répressive et qui a donné lieux aux arrestations récentes», explique Hessaki. Depuis l’arrivée de Mohamed Serghini à la tête de la sûreté de Fès, des actions coup de poing ont été menées. La police a interpellé depuis février et jusqu’à ce jour 46.793 personnes dont 9.200 arrêtées en flagrant délit et 2.706 recherchées pour divers.  De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI  

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc