×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Eurogroupe et BCE contre la baisse du dollar

    Par L'Economiste | Edition N°:1912 Le 08/12/2004 | Partager

    . La croissance économique doit s’opérer via des réformes fondamentalesLes ministres des Finances de la zone euro et le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, ont appelé le 6 décembre tous les grands pays à prendre des mesures appropriées pour réduire les déséquilibres globaux qui ont conduit à la chute du dollar et à l’envolée de l’euro.“Tous les grands pays et les zones économiques doivent jouer leur rôle plus activement pour réduire les déséquilibres globaux en mettant en place des politiques économiques appropriées”, ont affirmé les ministres , à l’issue de la réunion de l’Eurogroupe à Bruxelles, dans une allusion aux Etats-Unis dont les déficits sont l’une des causes de la chute du dollar mais aussi à l’Europe dont la croissance est faible. “Nous estimons que la volatilité excessive et les mouvements désordonnés de taux de changes sont indésirables pour la croissance économique”, ont ajouté les ministres et le président de la BCE. Lors d’une conférence de presse à l’issue de la réunion, Trichet a souligné que les deux côtés de l’Atlantique devaient faire leur travail pour stopper la hausse de l’euro face au dollar. De son côté, le ministre néerlandais Gerrit Zalm, qui présidait la réunion, a affirmé: “Il est clair que les Etats-Unis doivent élever leur taux d’épargne, c’est le principal défi pour eux, alors qu’en Europe et au Japon, la croissance économique doit être accélérée par des réformes économiques plus fondamentales”. Mais pour le nouveau ministre français des Finances, Hervé Gaymard, “il ne s’agit pas d’un euro fort, mais d’un dollar faible contre toutes les autres monnaies”.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc