×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    El Jadida: Théâtre de voltige à l’embarcadère du port

    Par L'Economiste | Edition N°:1924 Le 24/12/2004 | Partager

    . Samedi, un couple français produira son spectacle sur le ponton d’un voilier. Danse acrobatique et interprétation gestuelle pour le plaisir de l’oeil“Le bateau est la scène de notre spectacle qui a pour thème “Entre îles et ailes à corps tendus”, explique Franck Rabilier. Avec sa compagne Delphine, ils se proposent de produire de l’inédit au port d’El Jadida ce samedi après-midi, à partir de 15h. Depuis le quai, les spectateurs, enfants et adultes, pourraient assister à du théâtre de voltige: mélange de danse et de techniques du cirque et de l’interprétation gestuelle. Pourraient car la pluie fausserait la donne. C’est la première représentation de Franck et Delphine au Maroc après la France et l’Espagne. Avec deux autres artistes, ils avaient fondé en 1999 la “ Compagnie Loupiote ”, nom que porte d’ailleurs leur bateau. “La Loupiote” veut dire une petite lampe. Les artistes se sont produits dans 10 ports en France, comme Morlaix, Doirdeunez et avaient été accueillis à Concarneau en Bretagne. Franck garde avec lui, en trophées dans un album, les nombreux articles au fil de ses passages dans les régions de l’Hexagone. Pourquoi El Jadida? Après une escale à Casablanca, c’est le premier port qui nous paraissait accueillant, fait tout simplement savoir Franck. Ce dernier, ingénieur Arts et Métiers à Paris, avait travaillé pendant deux ans, dit-il, à Cogéma. C’est une entreprise d’Etat sur le cycle du combustible nucléaire, indique-t-il. Il a, par la suite, pu obtenir un master de recherche en génie civil au Canada. Epris de cirque et de la mer, il a investi dans un voilier. Il a mis quatre ans pour le préparer. “La Loupiote”, c’est notre liberté, dit-il.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc