×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

El Jadida: Campagne de propreté dans les écoles

Par L'Economiste | Edition N°:1776 Le 26/05/2004 | Partager

. Les élèves se révèlent plus responsables que les adultes en matière d’environnement. La Segedema déplore la perte d’au moins 150 bacs dans différents quartiers C’EST sur le terrain au sein même des établissements scolaires qu’il faut initier les élèves à l’éducation environnementale, explique Anthony Bouguen, directeur de la Segedema d’El Jadida, société chargée du ramassage des ordures. Les élèves des écoles primaires se sont révélés plus responsables que les adultes en matière d’environnement. En tout cas, ils se sont montrés particulièrement sensibles et perspicaces lors de la table ronde organisée par Segedema à la municipalité, lundi après-midi. Depuis une semaine déjà, une vaste opération de nettoyage et de désherbage des écoles s’est déroulée avec la participation des élèves de 3 écoles. Des matinées de propreté ont été organisées dans les salles de cours et dans les espaces jardins. Des araucarias à valeur symbolique ont été plantés dans les 3 écoles. Pour mieux faire vivre cette ambiance aux élèves, une visite a eu lieu à la Segedema et à la décharge municipale. «Il s’agit de faire connaître aux élèves le parcours de combattant des balayeurs et des éboueurs», commente M’hamed Bourregab, ingénieur de la société. Les enfants sont unanimement de l’avis des responsables de Segedema. Les habitants doivent apprendre à respecter les horaires, à stocker les déchets chez eux et attendre le soir pour les déposer. Les élèves ont appris à l’occasion que la collecte des ordures s’effectue à partir de 6 h du matin.Lors de la table ronde, les interrogations des enfants étaient pertinentes. Pourquoi pas des sachets en plastique dans les conteneurs? Pourquoi les conteneurs ne sont-ils pas lavés régulièrement? Les éboueurs ne portent plus de gants… Que faire pour la rétention des jus? Suffit-il de déposer les ordures à la décharge? figurent parmi les questions que se posent les enfants. En reponse, le directeur de Segedema a précisé que, régulièrement, un camion spécialisé arrive de Meknès pour le lavage des bacs. Et que bientôt El Jadida disposera de son propre camion pour des lavages quotidiens. Les élèves sont invités à porter un message à leurs parents. «Un minimum de civisme permettrait d’aider à sauvegarder la propreté de la ville», fait remarquer Rachid Khadir, responsable des collectes. En jetant les déchets inconsidérément, on oblige les balayeurs à des efforts exténuants, se désole Bouguen. La deuxième campagne de propreté est prévue dans les différents souks de la ville pour sensibiliser les commerçants. Il est prévu aussi de créer avec les établissements scolaires une charte de l’environnement et du civisme. Mais le civisme n’est pas encore bien introduit. La Segedema déplore la perte d’au moins 150 bacs dans différents quartiers de la ville. Des conteneurs sont brûlés, cassés ou carrément volés. Pour anecdote, 2 bacs viennent d’être dérobés juste devant les bureaux de la Segedema.De notre correspondant,Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc