×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

EADS: Gros investissements aux USA

Par L'Economiste | Edition N°:1938 Le 14/01/2005 | Partager

. Objectif: Se positionner en fournisseur de l’US Air ForceEADS, le géant européen de l’aéronautique et de la défense, a dévoilé mercredi d’importants projets d’investissements aux Etats-Unis, pour tenter de convaincre les autorités qu’il peut être un partenaire, et pas uniquement un rival pour les industriels nationaux. Le patron d’EADS North America, Ralph Crosby, a annoncé le 13 janvier que le groupe était à la recherche d’un site aux Etats-Unis où il pourra construire un centre technique pour la gamme de long-courriers de sa filiale Airbus, et installer une ligne de production finale de son ravitailleur en vol KC-330, si le Pentagone le choisit pour remplacer sa flotte vieillissante. En annonçant clairement ses intentions d’investir aux Etats-Unis, l’avionneur européen veut démontrer aux pouvoirs publics américains son désir de s’engager à long terme dans le pays en soulignant qu’il n’est pas uniquement un concurrent pour les industriels américains de l’aéronautique et de la défense. Avec, en ligne de mire, l’arrivée du groupe européen dans le club très fermé des fournisseurs de l’US Air Force. Comme en écho, un haut responsable de l’armée de l’air américaine a immédiatement fait monter les enchères en estimant qu’EADS n’aurait sa chance que s’il construisait non seulement le futur tanker aux Etats-Unis, mais aussi la version civile de l’A330-200 dont il est dérivé. Selon Guy Hicks, porte-parole de l’EADS aux Etats-Unis, si le groupe décroche tout ou partie du contrat de ravitailleurs, l’investissement total pour la ligne d’assemblage finale du KC-330 serait de quelque 600 millions de dollars et créerait 1.100 emplois.Dans sa stratégie de séduction, EADS vient d’annoncer le recrutement d’un ancien général de l’armée de l’air américaine à la direction des ventes de ravitailleurs pour EADS Amérique du Nord. Par ailleurs, le groupe a aussi fait savoir qu’il s’allierait avec un groupe américain (Lockheed Martin ou Northrop Grumman en l’occurrence) pour remplir le contrat qui prendrait la tête du consortium, afin de mieux faire passer la pilule. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc