×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Du rififi à ST Microelectronics

    Par L'Economiste | Edition N°:2082 Le 09/08/2005 | Partager

    . L’UMT dénonce le licenciement de deux ingénieurs et demande leur réintégration . Niet du management du fabricant de semi-conducteursLE torchon brûle entre la société ST Microelectronics et la Centrale syndicale UMT (Union marocaine du travail). A l’origine de cette tension, le licenciement de deux ingénieurs et responsables syndicaux. Il s’agit de Rachid Boukhari et Nabil Chiadmi, tous les deux exerçant au Centre de design, de conception et de recherche basé à Rabat à l’Ecole Mohammadia d’ingénieurs (EMI). Depuis le 26 juillet dernier, date du licenciement des deux ingénieurs, cette affaire a défrayé la chronique puisque la Commission nationale des ingénieurs, affiliée à l’UMT, a saisi l’ensemble des représentations syndicales dans les 26 pays où est basée la transnationale ST Microelectronics. “L’UMT a même reçu des témoignages de solidarité de syndicats d’Italie et de France”, a souligné Amine Abdelhamid, membre du bureau régional de Rabat. Selon lui, toutes les organisations syndicales ont été interpellées, y compris la Confédération internationale des syndicats libres. Le secrétariat national de la centrale est même allé plus loin, en déposant une plainte auprès du Bureau international du travail (BIT) au sujet de ce limogeage. Pour Abdelhamid, “c’est un licenciement arbitraire qui a pour motif la représentation syndicale”. Selon un communiqué rendu public par la Commission nationale des ingénieurs (UMT), le limogeage des deux ingénieurs responsables syndicaux est survenu suite à la tenue, le 13 juillet 2005, au siège de l’UMT à Rabat d’une assemblée générale au cours de laquelle les 2 employés ont discuté de leurs conditions matérielles et morales. A l’issue de la réunion, il a été décidé de constituer leur syndicat et élire leur bureau syndical. Et ce, “en totale conformité avec le code du travail en vigueur”. Pour le management du fabricant de semi-conducteurs, c’est un autre son de cloche. Selon Mohamed Lasry, DG de ST Microelectronics Maroc, “il y a eu beaucoup de désinformation à ce sujet et l’UMT a eu tendance à tirer trop vite des conclusions en plus ses allégations ne reposent sur aucun fondement”. En fait, précise Lasry, les deux ingénieurs en question avaient des problèmes depuis un an. Le Centre de recherche à Rabat a évolué et les effectifs ont presque doublé. Par ailleurs, les ingénieurs en question étaient trop jeunes pour des postes de responsabilité (chefs de département). Compte tenu de l’évolution du Centre de recherche et du projet de construction d’un nouveau centre par ST Microelectronics, le management a fait venir un ingénieur IT de France. Choix qui n’a pas été approuvé par les ingénieurs licenciés. Lesquels, selon Lasry, ont réagi par de l’insubordination, des retards, des absences répétées et injustifiées, et pis encore des modifications non autorisées des codes d’accès. Les deux ingénieurs ont créé un bureau syndical au sein de l’UMT. Mais là il n’y a pas de problème, car le licenciement n’a rien à voir avec le fait d’appartenir à une organisation syndicale, indique Lasry. Il ajoute que sur les 9 personnes qui représentent le bureau syndical, 7 autres travaillent toujours à ST Microelectronics et n’ont pas été licenciées. Pour l’heure, l’UMT demande à ST Microelectronics l’annulation de la mesure de licenciement et la réintégration des deux ingénieurs responsables syndicaux. La centrale appelle l’ensemble des ingénieurs marocains à se solidariser avec eux. Pour sa part, le management de ST Microelectronics campe sur sa position et n’envisage pas de réintégration.Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc