×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Discours royal
A quand des partis plus crédibles?

Par L'Economiste | Edition N°:1872 Le 11/10/2004 | Partager

. Le Souverain lie leur “légalité juridique” à leur “légitimité démocratique” . Corriger l’éclatement du paysage politique Le Souverain est revenu de nouveau sur la question de l’action politique et la loi sur les partis montrant l’intérêt que la question revêt aujourd’hui. Cette fois-ci, c’était à l’habituelle intervention prononcée à l’ouverture du Parlement. Dans son discours du Trône du 30 juillet 2004, SM le Roi avait tracé les contours et orientations de la nouvelle loi qui nourrissait déjà les débats au sein des groupes parlementaires. La question est en effet indissociable de la transition démocratique du pays.Dans son discours au Parlement, SM le Roi a mis l’accent sur la “mission cardinale de sensibilisation, d’encadrement et de formation d’élites qualifiées, aptes à assurer la gestion de la chose publique et à relever le défi décisif du développement intégré, dans le cadre d’une démarche civilisée, celle de la démocratie authentique”. Le Souverain a montré la forte corrélation qui existe ainsi entre “légalité juridique” des partis en respect de la loi et leur “légitimité démocratique”. Dans cette perspective, le projet de loi qui sera débattu au Parlement pour son adoption au cours de l’année législative “est de nature, précise SM le Roi, à contribuer à la rationalisation, la rénovation et l’immunisation du paysage politique national”. Sa Majesté a émis ainsi un signal fort exhortant les partis à éviter l’éclatement et l’éparpillement pour mieux se concentrer sur les grandes questions sociétales. En effet, les dernières élections législatives ont montré que la multiplication dénuée de sens des partis donne un champ politique atone, tronqué et sans consistance. Par ailleurs, le corps électoral a acquis une sorte de lucidité qui rejette toute déviation politique à caractère électoraliste. Ils exigent des formations qui puissent répondre à leurs attentes en proposant des programmes bien étayés et faisables.Le Souverain a, à cet effet, souligné qu’une loi sur les partis est à même “d’inciter les partis politiques homogènes à se fédérer en pôles forts et solides”, capables de fédérer les bases autour d’un projet démocratique moderne. Ce projet ne peut être conçu qu’au sein de structures modernes garantissant une démocratie interne qui fonctionne par le principe de mérite. La loi sur les partis politiques a un objectif court terme (qui s’inscrit dans sa continuité), à savoir faire des élections 2007 une étape décisive. Celle-ci devra augurer d’une nouvelle carte politique basée sur des priorités principalement de développement et de bonne gouvernance.


Taxe partisane

Le projet de loi sur les partis politiques suscite, certes, beaucoup d’interrogations sur la manière dont elle va être appliquée. Plusieurs partis craignent une limitation de leur liberté d’agir en respect de leurs principes idéologiques. Mais tous sont en principe d’accord sur ses bienfaits pour l’assainissement de l’action politique en vue d’une liberté basée sur la démocratie. La loi devra bannir la transhumance, garantir le principe de démocratie interne et assurer la transparence de gestion, en particulier financière des partis politiques. Il s’agit d’un contrat de confiance entre l’élu et ses électeurs qui l’oblige à rester sous les couleurs de son parti. Côté finance, les débats avaient porté sur la contribution des militants au financement des activités de leurs partis. Par ailleurs, la mise en place d’une taxe partisane pourrait être à l’ordre du jour. Mostafa BENTAK

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc