×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Culture

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2079 Le 04/08/2005 | Partager

Al Qaida a-t-elle déjà gagné?
. Levons-nous!Permettez M. Dilami que je critique votre point de vue selon lequel Al Qaida a déjà gagné (en première page de L’Economiste du 26 juillet). Les victimes ne seront pas que ce que vous nommez la «frange occidentalisée», mais aussi ces «bons musulmans» qui vivent leur confession et condamnent l’extrémisme sans pour autant se sentir proche de l’Occident. A notre tour, nous nous empressons de tomber dans le piège d’une poignée d’interlocuteurs, précisément ceux qui dirigent le monde. Nous colorions un monde qui n’existe pas puisque déjà mélangé à outrance et le demeurera jusqu’au bout. Si nous ne nous soulevons pas nous n’aurons que ce que nous méritons. Le monde entier est piégé entre deux extrémismes, deux symétries: occidental/Al Qaida. Pourquoi tant de silence pour les morts d’Irak et de Palestine et d’autres pays qui ne sont pas de «l’Occident»? Ne pensez-vous pas que les Anglais, Espagnols, Américains commenceront sérieusement à remettre en question la légitimité de certains «combats»? Est-ce pour autant qu’ils auront cédé le terrain à Al Qaida et qu’ils nous auront bradé aux islamistes?Mouna K. Rabat. Valet de l’OccidentQuand on lit l’article de M. Dilami «Al Qaida a-t-elle déjà gagné?» on sait pourquoi l’Occident ne peut travailler avec des gens qui font une mauvaise analyse de l’évolution du monde musulman et qui n’ont plus aucune crédibilité auprès de leurs concitoyens. C’est pourquoi il espèrent devenir des collaborateurs auprès de leurs maîtres qui sont les Occidentaux pour leur propre intérêt et non celui de la population musulmane. Avec cet esprit, vous avez déjà perdu les élections et démocratiquement, SVP.Khalid K. fonctionnaire. Al Qaida existe réellement? L’islam est une religion de tolérance, cela est indiscutable, tout ce qui arrive actuellement ne fait certainement pas partie de notre religion. La question qu’il faut se poser aussi, est-ce que Al Qaida existe réellement? Abir. Apprentis sorciersAl Qaida est avant tout le fruit des apprentis sorciers qui, pour combattre le communisme, ont pondu cette invention dans les arrières boutiques de Peshawar. Il leur incombe à eux de nous en débarrasser aujourd’hui. Ramses. Petites cervelles Il n’y pas d’Al Qaida, il y a des petites cervelles autochtones, assoiffés de sang qu’on appelle terroristes, et c’est tout. Hanafi El J. . Le grand Satan et les petits sataniquesUn constat indéniable, c’est les yeux doux que font les Occidentaux aux composantes islamiques de différents pays. Malgré, les événements tragiques, ils ont le vent en poupe. Les maîtres de l’Occident jugent  nos pays  comme  non-démocratiques, appelés à changer. Ne voulant pas être pris au dépourvu, ils anticipent pour que ce soit fait à leur façon et sous leur maîtrise. Les Américains en particulier sont trop forts en prospective. Ils ont des cellules qui ne font qu’étudier tous les scénarios possibles et inimaginables et, à chaque cas, ils préparent des dossiers de simulations prêts à exploiter au temps opportun. Les initiés reconnaissent que les islamistes garnissent déjà les différentes simulations. Les Occidentaux appliquent le principe «lorsqu’on ne peut pas contrer le courant alors il vaut mieux l’accompagner». Que Dieu protège le  Maroc du grand Satan et des petits sataniques. L.N. . Froid dans le dosJe viens de lire le papier de M. Dilami et j’ai eu soudain froid dans le dos. Je croyais être complètement à côté de la plaque en pensant exactement ce que je viens de lire. J’ai toujours pensé que l’Occident, dans ses relations avec les islamistes, ne jouait pas franc jeu. Je ne comprenais pas que les pays les plus démocratiques soutiennent les assassins massacreurs d’enfants en Algérie, et ce au nom des droits de l’homme. Je ne comprends pas pourquoi l’ambassadeur des USA au Maroc veut éviter à Nadia Yassine d’être jugée. Je ne comprends pas pourquoi les Anglais ont toujours refusé de collaborer avec les autres pays occidentaux, victimes d’attentats islamistes. Je ne comprends pas pourquoi Tony Blair se sent soudain obligé d’activer cette collaboration. Tout cela serait le résultat de sombres négociations, d’obscurs calculs! Non, ce serait trop machiavélique, mais la politique, l’amour du pouvoir, sont machiavéliques. Devant cette infernale machination, nous, citoyens moyens des pays arabo-musulmans - après avoir été les victimes de l’Occident - deviendrons les victimes de nos propres frères.Un croyant désorienté


La nationalité de maman
Un combat gagné. Mais son application va connaître à l’instar de la Moudawana un retard et résistance tant au niveau administratif que des études cas par cas. RabSa Majesté  a compris que qui n’avance pas, recule, et le Maroc qui veut avancer, doit changer cette loi archaïque et discriminatoire. Citoyen Non seulement le transfert de nationalité aura un impact sur la sécurité du pays, mais aussi sur la pyramide sociale, économique… surtout si on considère la conjoncture actuelle. InternauteJe tiens à remercier Sa Majesté qui a annoncé le 30 juillet que les Marocaines transmettront leur nationalité à leurs enfants. Une grande injustice est réparée. Et tant pis pour tous les intolérants et prêcheurs de haine qui tentaient de s’y opposer, y compris sur ce site de L’Economiste. . Aberration annuléeEnfin une aberration est annulée. Comment peut-on imaginer que depuis des décennies la femme marocaine n’avait pas le droit de transmettre sa nationalité à ses enfants. Imaginons un peu le drame de ces  enfants de mère marocaine  et de père étranger, obligés à demander une carte de séjour pour vivre dans leur propre pays. Imaginons un  peu ce drame. Le plus grave ce sont ces femmes marocaines mariées avec des étudiants africains, qui une fois leurs études terminées s’envolent dans leurs pays d’origine  laissant derrière eux des enfants sans aucune nationalité. Omari . Victoire Que Dieu le bénisse. Sa Majesté le Roi a tranché. La mère transmettra la nationalité. Que dire d’autre que le Maroc a un grand Roi. Nos enfants auront donc la double nationalité. Cela reflètera leur double culture. Quadruple si on tient compte que je suis Basque et que ma femme est berbère... Ils pourront arborer haut et fort leur nationalité. Ils seront fils et filles du Maroc et de la France. Il reste maintenant à voir comment ces deux pays, en ce qui nous concerne, traiteront de la double nationalité ou non des parents. J’avoue aimer le Maroc comme mon propre pays. Je ne pense pas qu’une double nationalité doive être immédiate et systématique. Mais il doit y avoir moyen pour les gens qui créent des emplois, qui apprennent la culture et la langue. Pour les étrangers respectueux des lois, de la culture et dont les enfants sont Marocains grâce à l’autre parent, il doit y avoir moyen d’accorder une seconde nationalité. On verra dans 5 ans. Blaise. La peur de l’autre Les arguments déployés pour s’opposer à la naturalisation des enfants de mère marocaine et de père étranger n’étaient pas nouveaux. On y retrouvait le terreau qui fonde tout ultranationalisme, tout racisme primaire. Nous ne pouvons plus dire en 2005 que les causes économiques, sociologiques et même psychologiques ne sont pas connues. Des différences de revenus, d’éducation et le rejet de la faute sur l’autre, l’étranger pour expliquer ces différences flagrantes. La contradiction de ces discours est flagrante. D’un côté on ne veut pas «brader» la nationalité marocaine pour montrer tout l’attachement qu’on y porte et d’un autre on montre de l’index ces étrangers qui viennent vivre dans les milieux aisés avec de bons revenus, de bonnes situations, que n’ont pas ceux qui s’opposent à ce changement de loi. Peut-on y voir la peur que ces «nouveaux» enfants marocains de père étranger «volent» les futures bonnes situations sociales du Maroc? C’est en effet à considérer. Il est un fait que la plupart des femmes marocaines fondant un couple mixte fait partie de cette classe privilégiée citée plus haut… meilleure éducation, meilleur salaire, etc. Alors, quel est l’intérêt du Maroc face à ce constat? se priver de ces nouveaux potentiels humains en sacrifiant des nouvelles ressources économiques qui profiteront ailleurs, pour «sauver» un orgueil? ou plutôt de naturaliser ces enfants... ses enfants devrais-je dire... qui se sentiront complètement marocain de fait et qui contribueront à l’épanouissement social et économique de ce merveilleux pays. B. époux français d’une Marocaine. Contrôler les femmesNe cherchez pas autant de raisons, qui n’en sont pas. Ce n’est pas la pauvreté qui fait le refus de transmettre la nationalité par les femmes. Les pauvres ne sont pas concernés, ce sont les riches, ceux qui ont les moyens de voyager ou que leurs enfants voyagent. Alors pourquoi ce refus que notre cher Roi vient de briser? C’est le contrôle des femmes: interdire aux femmes toute liberté en ne lui accordant qu’une liberté conditionnée à son obéissance. Ce sont des réflexes archaïques que l’on trouvaient dans les petites tribus primitives, qui vivaient encore à l’âge de la pierre en plein XXe siècle. Allez lire les livres des anthropologues, vous verrez bien. Ce contrôle est contraire au désir d’expansion que devrait ressentir toute société humaine, puisque cette interdiction limitait le nombre de Marocains. Mais les hommes ont encore plus peur que les femmes comparent et ne les trouvent pas à la hauteur, alors ils limitent leur liberté. Tant pis si cela limite aussi l’expansion du Maroc.Fatima M. professeur

. PessimismeMa réaction à trait au pessimisme ambiant qui règne actuellement dans notre pays. A lire les différents organes de presse au Maroc, on croit que tout va mal, alors qu’au contraire on devrait mettre un peu plus l’accent sur ce qui marche, nous avons un roi jeune, dynamique, préoccupé par le social et qui s’investit personnellement sur les grands dossiers, quant à l’Algérie nous devrions lui montrer plus de fermeté, et cesser de lui tendre l’autre joue, faisons confiance à nos hommes politiques et à notre armée pour défendre notre cause sacrée.El Mustapha M. technicien. L’honneur des réformesJ’ai lu avec intérêt l’article sur la CNSS. Ce qui me surprend c’est la question que se pose votre journal en disant pourquoi salir une institution qui a fait tant de choses positives depuis quelques années. J’aurais souhaité lui dire que bien au contraire en sanctionnant ceux qui ont empêché cette évolution depuis tant d’années, ce serait un honneur pour le travail de ceux qui ont fait évoluer cette institution. Il ne faut pas oublier ce qu’ont fait certains responsables, appuyés par certains meneurs d’un syndicat bien connu. Pour savoir qui a fait quoi il n’y a qu’à faire le cumul de leurs salaires pendant les années de fonction et le total des biens ne serait-ce qu’immobilier.Kamil L., MRE. Comme du bétail!Vous n’avez pas marre de compter et recompter, tous les ans, les MRE transitant entre l’Europe et le Maroc? Y’en a marre d’être comptabilisés tous les jours, comme du bétail. Et dans quel but ? Des chiffres globaux, communiqués une seule fois par an ça devrait suffire. Arrêtons de compter, arrêtons de nous gargariser avec tous ces chiffres, cela ne sert absolument à rien! Sauf à montrer le chemin qui reste à parcourir pour nous développer. Faites passer le message. Hafid S.

Bienvenu au bled

Comme chaque année, ma petite famille et moi rentrons au pays pour nos vacances. Comme chaque année, c’est le choc. Lorsqu’on rentre par Sebta, la première aire de repos sur l’autoroute, après avoir quitter Tétouan, est une catastrophe. Les toilettes (en tous cas celles des femmes) sont très sales, les portes ne ferment pas, il y a de la boue sur le carrelage et les mouches qui se délectent. Les tables du restaurant sont aussi sales. Côté restauration, c’est une autre histoire: une bouteille de limonade de 50 cl est vendue à 10 DH. Alors quand vous êtes 5, faites le compte, c’est l’escalade. A la caisse, un client s’est avancé avec une bouteille d’eau minérale d’un litre et un paquet de chips, le tout pour le prix de 30 DH. Il a finalement décidé de ne prendre que la bouteille d’eau. De l’arnaque pure et simple.Si vous demandez quelque chose à un des préposés au service, il vous répond d’un air agacé, adossé à un comptoir collant. Une honte. Il faut une bonne fois pour toutes arrêter ces comportements qui ne font que détruire l’image du Maroc. Si des efforts sont faits aux frontières pour faciliter et rendre agréable les passages, il faut faire la chasse et, disons-le carrément, la guerre à ce genre de pratiques. Alors bonjour l’accueil, bonjour le civisme et bienvenu au bled. Une MRE de France

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc