×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Convention CMIM/cliniques privées
La nouvelle grille tarifaire

Par L'Economiste | Edition N°:1944 Le 25/01/2005 | Partager

. La refonte de la convention tient compte de l’AMO. Le patient est pris en charge à 100% sauf pour quelques pathologies. L’esthétique et les accidents du travail exclus de la couvertureDouze mois de négociations... C’est ce qu’aura nécessité la refonte de la convention signée récemment entre la Caisse mutualiste interprofessionnelle marocaine (CMIM), l’Association nationale des cliniques privées (ANCP), le Syndicat des médecins du secteur libéral (SNMSL) et l’Ordre national des médecins. Concrètement, il s’agit d’une refonte qui tient compte des dispositions de l’AMO (assurance-maladie obligatoire), est-il souligné dans le milieu médical. La principale nouveauté de ce contrat “jugé équilibré” porte sur une nouvelle grille tarifaire (voir tableau avec exemples de cas fréquents) de la prise en charge en dehors de l’ambulatoire qui reste payant, tient à préciser Farouk Iraqi, président de l’ANCP. Selon lui, sur le panel des prestations, “c’est ce qu’il y a de mieux pour le moment, car le patient est pris en charge à 100%”. De l’avis des signataires, la convention devra pousser à la vérité des tarifications, car l’ancien système était devenu caduc. A rappeler que dans le cadre de l’AMO, il est prévu que les médecins mettent en place une convention nationale. Avec le partenariat CMIM/ANCP, “nous disposons d’un modèle de convention nationale”, estime Farouk Iraqi. A ses yeux, cela devrait inciter d’autres caisses à emboîter le pas à la CMIM.La convention profite à l’ensemble des adhérents à la Caisse mutualiste interprofessionnelle marocaine dont la majeure partie relève des secteurs bancaire et pétrolier (70%). Il s’agit d’environ 100.000 assurés, y compris les ayants droit. Selon les dispositions de cette convention, la CMIM s’engage à faire bénéficier l’ensemble de ses adhérents d’un système de tiers payant par lequel la Caisse se substitue à eux pour le paiement de la totalité des frais engagés à la suite d’une hospitalisation. De leur part, les cliniques et médecins signataires s’engagent à “accepter, sans réserves, les adhérents munis d’une prise en charge conformément au barème de la convention”. Ce qui importe, selon Iraqi, c’est que la nouvelle convention n’exclut aucune pathologie. “Elles sont toutes inclues y compris la cardiologie, la dialyse… Tout ce qui se fait en médecine est compris”. Bien entendu, les interventions à but exclusivement esthétique ou encore les accidents du travail ne sont pas couverts.Autre avantage, l’accouchement par voie basse est pris en charge à 4.500 DH y compris les honoraires du gynécologue (2.000 DH). Rappelons que les compagnies d’assurances ne prennent pas en charge les accouchements normaux. Seules les césariennes sont prises en charge. “La logique veut que la gynécologie encourage l’accouchement par voie basse”, souligne un praticien, d’où ce plafond. Par ailleurs, une importante partie des pathologies est prise en charge à 100%, indique le président de l’ANCP. Autrement dit, le patient n’aura rien à débourser, explique-t-il. Reste quelques rubriques qui nécessitent un effort de la part du patient. Il s’agit notamment de cas liés à l’oncologie ou encore à des actes de cardiologie. Grosso modo, la nouvelle grille tarifaire consiste en un barème qui arrête les tarifs des actes tels que la visite médicale à 200 DH, le séjour hospitalier à 400 DH par lit/jour. Evidemment, les extra (lit et repas de l’accompagnant, téléphone, suite…) sont à la charge de l’assuré. La pharmacie chirurgicale est toujours forfaitisée à 15 DH, le bloc opératoire à 25 DH ou encore la dialyse à 900 DH. Quelle est la procédure? L’adhérent doit déposer une demande de prise en charge signée par la clinique et le médecin traitant. La demande est accompagnée d’un pli confidentiel du médecin traitant (inscrit au tableau de l’Ordre) à l’attention du médecin de la Caisse. En cas d’hospitalisation d’urgence, la demande de prise en charge devra parvenir à la CMIM dans les 2 jours ouvrables suivant l’hospitalisation.Par ailleurs, pour les cliniques qui veulent adhérer à ce système, un modèle de demande d’adhésion a été mis en place. Les candidats à l’adhésion devront s’engager à faire respecter les dispositions prévues par la convention, appliquer le nouveau barème et recevoir la Commission d’arbitrage et de suivi pour d’éventuels contrôles de la conformité des installations et équipements de la clinique aux normes requises. L’adhésion suppose que la clinique dispose de centres de réanimation et fournit sa liste de réanimateurs. Et c’est l’ANCP qui est tenue de donner son aval à l’adhésion. Car toute clinique qui demande la prise en charge doit se conformer aux termes de la convention.Naturellement, des sanctions ainsi que des mesures disciplinaires sont prévues en cas de fraude. Pour dissuader tout acte malintentionné, un comité de suivi sera mis en place pour pallier les dysfonctionnements, assurer le suivi et l’évaluation des opérations effectuées ainsi que les cas litigieux.Amin RBOUB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc