×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Comptes rémunérés: Les banques françaises réticentes

Par L'Economiste | Edition N°:1934 Le 07/01/2005 | Partager

. La rémunération devrait être possible début mars A deux mois environ du feu vert définitif pour la rémunération des comptes courants en France, aucune grande banque ne souhaite être la première à lancer une prestation considérée comme peu avantageuse pour les clients, mais toutes se tiennent prêtes au cas où une autre prendrait l’initiative.La Cour européenne de justice (CEJ) a levé le 5 octobre l’interdiction de rémunérer les comptes courants en France. Le Conseil d’Etat doit se pencher sur le dossier le 14 janvier en audience publique, a indiqué mercredi une porte-parole.La rémunération des comptes devrait être possible début mars. Plutôt discrets depuis la décision de la CEJ, les cinq grands réseaux bancaires français et La Poste continuent à s’observer tout en élaborant un dispositif pour être prêts à “suivre le mouvement”.La Société Générale a décidé de faire le premier pas: elle ne rémunérera pas les comptes courants car “toutes les enquêtes montrent que nos clients sont très attachés à l’équilibre actuel”, a expliqué mercredi Daniel Bouton, PDG de la banque et président de la Fédération bancaire française (FBF), dans un entretien au Figaro.Même tonalité chez BNP Paribas: ses clients n’ayant pas manifesté d’intérêt pour ce service, le groupe “n’a pas l’intention de changer son dispositif actuel”. Il faut dire que le gain serait assez limité avec un taux d’intérêt de 0,5 à 2% en Europe associé le plus souvent à un montant minimum de dépôt sur le compte. Dans une lettre à ses clients, Bouton a assuré qu’il souhaitait maintenir de “manière durable” le principe du “ni-ni” c’est-à-dire ni rémunération des comptes, ni facturation des chèques. “Si les attentes évoluent, nous serons en mesure d’étudier avec ceux d’entre vous qui en manifesteraient le désir les modalités d’autres équilibres, associant probablement rémunération des liquidités et tarification des services”, écrit-il.Ce qui reviendrait, selon un banquier, à “reprendre d’un côté ce que l’on a donné de l’autre”. Pour le Crédit Agricole et sa filiale le Crédit Lyonnais, la “réflexion est en cours. Une décision devrait être prise dans les semaines à venir”. Mais en matière de tarification, les caisses régionales de la banque verte ont toute latitude pour déterminer leur politique.Le groupe affirme que la rémunération des comptes ne sera en “aucun cas” accompagnée d’une facturation d’autres services. Les Banques Populaires n’ont pas souhaité s’exprimer. Selon Le Figaro, le groupe aurait “préparé plusieurs scénarios, proposant des packages avec ou sans rémunération”.Le Crédit Mutuel a déclaré à l’AFP que rien n’était arrêté. Il ne souhaite de toute façon pas endosser le costume de pionnier en la matière. Le groupe Caisse d’Epargne “regarde toujours la stratégie possible, envisageable et nécessaire en fonction de la demande de ses clients”. La Poste a également choisi d’attendre la décision du marché.Si les “grands” se montrent peu enclins à lancer cette nouvelle prestation, des établissements de moindre envergure ou désireux de s’implanter sur le marché français pourraient rapidement compléter leur gamme.A l’instar de CaixaBank France, filiale de la banque espagnole Caixa, qui est à l’origine de la levée de l’interdiction. Son offre sera peaufinée à la dernière minute mais le taux d’intérêt devrait se situer “autour de 1%” avec un seuil minimum fixé, pour l’heure, à 1.500 euros, a expliqué un porte-parole.(AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc