×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Classes préparatoires aux grandes écolesL'Education nationale offre des bourses de mérite

    Par L'Economiste | Edition N°:2082 Le 09/08/2005 | Partager

    . Seules les grandes écoles françaises concernées . Les grandes écoles marocaines oubliées . Les candidatures doivent être déposées avant le 30 septembrePour l’élite des élèves des classes préparatoires admis dans les grandes écoles françaises, le ministère de l’Education nationale met la main à la poche pour leur offrir des bourses de mérite. Cette décision s’inscrit dans le cadre de la promotion des formations d’excellence. Environ 200 taupins -comme ils aiment s’appeler- sur 1.200 élèves sortent chaque année de ces classes préparatoires. A l’issue d’un concours national, ces derniers rejoignent entre autres l’Ecole normale supérieure (ENS), l’Ecole supérieure des industries du textile (ESITH) ou l’Ecole nationale des pilotes de ligne de Royal Air Maroc (ENPL). Ces deux dernières coûtent respectivement 20.000 par an et 600.000 pour la durée de la formation. Beaucoup aussi optent pour les grandes écoles de commerce ou d’ingénieurs françaises comme Polytechnique. Le coût de ces écoles est élevé. Aussi, le ministère de tutelle a décidé de soutenir les lauréats. Les conditions exigées pour le dépôt des candidatures sont la nationalité marocaine, être titulaire d’un baccalauréat délivré au Maroc, avoir effectué les classes préparatoires au Maroc et/ou en France et finalement être admis dans une des grandes écoles figurant sur la liste. Critères de sélectionLes candidats devront également fournir une déclaration sur l’honneur attestant qu’ils ne bénéficient d’aucune autre bourse pour le financement de leurs études en France ainsi qu’un engagement à exercer au Maroc pendant quatre ans au moins, après la fin de leurs cursus. Pour l’heure, les critères de sélection ainsi que le nombre et le montant des bourses allouées n’ont pas été communiqués. Contacté par L’Economiste, le ministère de l’Education -du moins le département communication- est aux abonnés absents. Espérons tout de même que l’octroi de ces bourses se fera dans le cadre d’une procédure transparente et que leur montant sera au moins égal à celui exigé par les consulats, à savoir 450 euros par mois.Dommage enfin que ces mesures ne concernent pas les méritants qui intègrent les grandes écoles nationales marocaines.


    Formalités

    Le dépôt des dossiers de candidature aux bourses de mérite pour l’année 2005-2006 devra s’effectuer avant le 30 septembre 2005 au bureau des bourses relevant de la direction de la Coopération et de la Promotion de l’enseignement scolaire privé du ministère de l’Enseignement supérieur sise Avenue Ennasr, Bab Rouah, Rabat.Le dossier doit être rempli sur place et comporter une attestation d’admission définitive à une grande Ecole figurant sur la liste du ministère (voir liste annexe). Une attestation de scolarité relative aux classes préparatoires aux grandes écoles, une photocopie certifiée conforme du baccalauréat, quatre photos d’identité, une attestation des revenus des parents ou tuteurs le cas échéant délivrée par le service des Impôts sont aussi demandées.Faiçal FAQUIHI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc