×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Bush brandit la menace de guerre contre l’Iran

Par L'Economiste | Edition N°:1942 Le 20/01/2005 | Partager

. L’Iran ne baisse pas les bras et met en garde les Etats-Unis contre toute aventure militaire L’Iran a mis en garde les Etats-Unis contre la tentation d’une attaque militaire pour stopper les activités nucléaires de la République islamique, une éventualité de nouveau évoquée plus fortement avec le début du deuxième mandat de George W. Bush.“La menace de nos ennemis étrangers ne nous fait pas peur, ils savent bien que l’Iran, pays historique d’Islam, avec son antique civilisation, n’est pas un lieu bien choisi pour les aventures”, a déclaré l’ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani, resté un personnage central du régime. Ces propos faisaient écho à ceux tenus le 17 janvier par George W. Bush sur la possibilité d’opérations militaires contre l’Iran si ce pays persistait à vouloir se doter de l’arme atomique, comme les Etats-Unis l’en accusent. “J’espère que nous pourrons résoudre ce problème d’une manière diplomatique, mais je n’écarterai jamais aucune option”, a dit le président Bush. Ces déclarations ont été conjuguées à un article du New Yorker pour donner une nouvelle vigueur aux spéculations, qui avaient déjà cours avant l’offensive en Irak, sur une attaque américaine contre l’Iran.Dans sa dernière livraison, le magazine écrit que des commandos américains sont infiltrés depuis l’été 2004 en Iran pour reconnaître des cibles nucléaires et chimiques potentielles. Il fait dire à un ancien haut responsable des renseignements américains que “bientôt, nous assisterons à la campagne d’Iran”. “Des commandos américains ne peuvent pas entrer aussi facilement en Iran pour y faire de l’espionnage, il serait simpliste d’accepter une telle idée”, a réfuté Ali Agha Mohammadi, un porte-parole du Conseil suprême de la sécurité nationale iranien, cité le 19 janvier par la presse. “Nous connaissons nos frontières”, a-t-il insisté. “Nous disposons d’une force telle qu’aucun pays ne peut nous attaquer parce qu’ils n’ont pas d’informations précises sur nos capacités militaires”, a déclaré, de son côté, le ministre de la Défense Ali Chamkhani, le 17 janvier avant que Bush ne s’exprime. Le régime n’a cessé de mettre en garde les Etats-Unis contre son potentiel militaire, depuis que l’Iran s’est retrouvé en 2002 dans la bouche du président américain, sur “l’axe du mal” des pays produisant des armes de destruction massive et soutenant le terrorisme. Le Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, s’est livré lui, le 18 janvier, à une longue et violente diatribe contre “l’impérialisme américain, vicieux et méprisable”, les “prédateurs sanguinaires (qui) dépêchent leurs équipes d’assassins pour tuer des innocents (en Irak) et parlent de guerre contre le terrorisme”.La secrétaire d’Etat américaine désignée, Condoleezza Rice, réputée plus dure que son prédécesseur Colin Powell, a encore cité l’Iran le 18 janvier parmi les “postes avancés de la tyrannie”.Si elle a brandi la menace contre l’Iran, c’était à nouveau celle d’en référer au Conseil de sécurité de l’ONU. Mais elle a aussi plaidé pour une action internationale concertée, au moment où les Européens sont engagés dans un processus diplomatique pour s’assurer que les Iraniens s’en tiennent à des activités nucléaires civiles. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc