×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Berlin soutient la régionalisation des prix du carburant en France

Par L'Economiste | Edition N°:1933 Le 06/01/2005 | Partager

. Hostile au début, l’Allemagne a fini par céder L’Allemagne a annoncé le 4 janvier qu’elle donnera son accord au sein de l’UE à un projet de la France permettant aux régions de moduler les taxes sur les prix du carburant, qui suscite l’inquiétude des gérants de stations-service allemands dans les zones frontalières. Le gouvernement allemand, plutôt hostile au départ au projet de Paris, estime désormais qu’il n’est pas contraire aux règles du marché intérieur, a dit un porte-parole du ministère des Finances, confirmant une information du quotidien Sueddeutsche Zeitung. La France a déjà obtenu l’accord de la Commission européenne pour une régionalisation de la Taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) à partir de 2006, qui doit augmenter la marge de manoeuvre financière des régions.Paris avait besoin d’une dérogation de Bruxelles car, selon les règles européennes, le taux d’accise sur les carburants doit être uniforme sur tout le territoire d’un Etat membre. Mais avant de pouvoir mettre en place son dispositif, la France doit obtenir l’accord unanime des ministres des Finances de ses 24 partenaires européens. Selon la Sueddeutsche Zeitung, la mesure française se traduira par une baisse de jusqu’à 3,5 centimes du litre d’essence sans plomb à la pompe, et de jusqu’à 2,3 centimes pour le diesel dans certaines régions. De quoi susciter l’inquiétude des gérants de stations-service allemands, qui craignent un exode de leurs clients dans les zones frontalières avec la France, alors qu’ils sont déjà confrontés à la concurrence de la Pologne, de la République tchèque ou du Luxembourg, où le carburant est moins cher.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc