×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

BCM/Wafa: Les syndicats montent au créneau

Par L'Economiste | Edition N°:1660 Le 11/12/2003 | Partager

. Il est demandé à la BCM de consigner par écrit son engagement de garder le personnel de Wafa. Son management rassure encore une fois quant au maintien de ses promesses «Khalid Oudghiri, PDG de la BCM, devrait signer des milliers de lettres nominatives adressées au personnel de Wafabank. Elles porteront son engagement de les garder tous». Présentée ainsi, la requête paraît improbable, mais c’est bel et bien ce que demande l’Union syndicale interbancaire (USIB), dans une lettre qui lui a été adressée récemment, au terme d’une assemblée générale extraordinaire tenue par le personnel de Wafabank. Tout en marquant leur pleine adhésion au projet de rapprochement BCM/Wafa, «les employés et cadres de Wafabank et ses filiales manifestent néanmoins leur crainte quant aux risques intrinsèques aux opérations de regroupements qui ne manquent pas d’avoir des répercussions néfastes sur le personnel», rapporte-t-on dans un communiqué de l’Usib.Ce souci de préserver les droits et acquis du personnel de la banque aurait même fait l’objet d’une résolution du dernier conseil d’administration tenu le 5 décembre par Abdelhak Bennani, l’ex-PDG de Wafabank. Le président sortant a insisté, lors de la cérémonie de son départ, sur la préservation des emplois de ses ex-collaborateurs. Cela, le nouveau président élu par le Conseil d’administration pour assurer l’intérim, Abdelkrim Lazrak, actionnaire dans la banque à travers Sogefi, en a fait «le serment» devant les équipes venues rendre hommage à Abdelhak Bennani, samedi dernier au club de la banque. Anticipant la réaction du personnel de Wafabank ainsi que celle de ses propres collaborateurs, Khalid Oudghiri avait déjà précisé, lors de la conférence de presse conjointe avec Saâd Kettani, qu’il mènerait son projet de «champion national» avec les compétences des deux bords. Plus encore, «il ne sera pas question d’imposer ni la vision de la BCM ni ses pratiques pour créer le nouvel ensemble; toutes les compétences seront valorisées équitablement». En outre, «les programmes de recrutement pour 2004 des deux banques seront maintenus, soit quelque 350 postes supplémentaires à pourvoir».Toujours est-il que malgré ces promesses, les commentaires ont foisonné.Pour rassurer encore une fois, Ali Iben Mansour, directeur général de la BCM, précise que «tout le monde aura sa place dans le nouvel ensemble». Selon lui, «tout ce que leur a promis Khalid Oudghiri sur la place publique sera maintenu; il n’y aura pas de surprise». Il explique que «la création de valeur dans une fusion passe par le développement des synergies et le maintien des meilleures pratiques». Le projet de rapprochement devrait être mené immédiatement après l’accord du comité des établissements de crédit, qui interviendra au courant de ce mois. S’ensuivra la tenue d’un nouveau conseil d’administration de Wafabank pour statuer sur les modalités pratiques du mariage. Puis, en janvier 2004, sera mis en place un nouvel organigramme cible pour démarrer les travaux de rapprochement. En mars prochain, après l’arrêté des comptes de Wafabank, BCM lancera son OPA pour l’acquisition du reste du capital de la banque. Le coup de feu de la fusion sera donné en octobre 2004.


Offre publique d’achat

Aucune proposition n’a encore été faite aux autres actionnaires de Wafabank par le groupe BCM, qui dit attendre une décision individuelle de ce qu’ils comptent faire de leurs participations. Les milieux d’affaires avancent que le Crédit Agricole aurait, pour sa part, proposé de troquer sa participation, quelque 14,72% avec 16,06% de droits de vote, contre celle que détient indirectement la BCM dans Crédit du Maroc. Contacté, le management de la banque française a déclaré: «Notre attitude (...) est de garder la plus grande confidentialité sur nos intentions». Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc