×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Banques populaires: 1,7 milliard de DH à investir

    Par L'Economiste | Edition N°:1924 Le 24/12/2004 | Partager

    . Les ressources clientèle de la BCP augmentent de 60% à 3,29 milliards de DH. Le groupe compte 2,25 millions de clientsLe titre BCP a de nouveaux arguments pour s’offrir de belles envolées en Bourse. La structure centrale du Groupe Banques populaires affiche de bonnes performances à fin novembre 2004. La plus en vue serait la montée exceptionnelle des ressources clientèle à 3,29 milliards de DH, soit 60,1% de plus qu’en 2003. Une performance bien au-dessus de ce qu’avait promis le management lors de son introduction en Bourse. Les crédits, quant à eux, ont atteint 4,82 milliards de DH, soit 24,2% de plus qu’en 2003. En tout cas, ce n’est pas ce qui fait l’essentiel de sa rentabilité, car elle la tire des placements pour le compte des Banques populaires régionales. Ce portefeuille constitué principalement en bons du Trésor totalise les 42,7 milliards de DH pour une part de marché de 40,8%. Ce sont ces placements qui confèrent au Groupe Banques populaires un matelas de sécurité assez confortable. Historiquement, une activité qui concentrait jusqu’à 70% des ressources. Le portefeuille en titres financiers totalise 43,76 milliards de DH dont 38 milliards en bons du Trésor. Malgré la baisse graduelle de cet encours depuis 4 années, le volume géré fait encore du groupe le premier investisseur de la place en obligations étatiques.Réunis jeudi 23 novembre à Casablanca, le comité transitoire du Crédit Populaire du Maroc ainsi que le Conseil d’administration de la BCP ont d’ailleurs relevé avec satisfecit les performances réalisées par rapport au plan de développement 2005-2007. Aussi, les deux instances ont approuvé les budgets de l’année prochaine, dont une partie concerne un programme d’investissement de 1,7 milliard de DH sur les deux prochaines années. Quelque 400 millions de DH vont à un projet informatique. Le reste servira à l’extension du réseau et l’amélioration de la logistique. Le groupe a élargi cette année son réseau à 27 autres agences bancaires dont 7 en décembre. Il compte 485 agences, gérant 2,25 millions de clients. Le nombre des guichets automatiques est passé de 351 à 423. Globalement, les ressources clientèle du CPM, hors filiales spécialisées (Al Istitmar Chaâbi, Chaâbi Leasing, Assalaf Chaâbi, Médiafinance), ont atteint 88,04 milliards de DH, en hausse de 8,4% par rapport à 2003. Le groupe est leader de la place avec une part de marché de 30,01% à fin octobre. Les engagements, qui augmentent de 14,6%, totalisent 88,07 milliards de DH, dont 44,3 milliards de crédits à l’économie. Une performance attribuée principalement à la progression des crédits à l’investissement et immobiliers -notamment pour les particuliers- de 14,8 et 29,3%. Le groupe renforce ainsi son positionnement sur le marché du crédit. Il a gagné 1,13 point depuis novembre 2003 pour atteindre 23,52% de parts de marché.


    Réforme

    Un comité directeur devra officier aux destinées du Crédit Populaire du Maroc dès janvier 2005, en remplacement du comité transitoire. C’est ce que prévoit la réforme du Crédit Populaire du Maroc menée depuis 2001 et qui s’achèvera début 2005. Le comité directeur sera composé de 5 présidents des conseils de surveillance des Banques populaires régionales, qui seront élus par leurs pairs, et de 5 représentants du Conseil d’administration de la BCP, désignés par son conseil d’administration. B. E. Y.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc