×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Autoroutes: Augmentation des tarifs

Par L'Economiste | Edition N°:2084 Le 11/08/2005 | Partager

. Elle concerne l’ensemble du réseau, sauf l’autoroute Casablanca-Settat . Elle entrera en vigueur dès lundi prochain à minuit “Les tarifs de péage sur certaines sections du réseau autoroutier connaîtront une révision à compter de lundi prochain à minuit. C’est le cas, notamment des tronçons Casablanca-Rabat, dont le tarif a été fixé à 20 DH pour la catégorie 1 et 30 DH les catégories 2 et 3, Rabat-Kénitra (12 DH et 18 DH), Kénitra nord-Sidi el Yamani (43 DH et 65 DH) et Fès-Sidi Allal Bahraoui (45 DH et 68 DH)”. C’est un communiqué d’Autoroutes du Maroc (ADM) qui annonce la (mauvaise) nouvelle aux usagers. Cependant, les tarifs sur les axes Casablanca-Berrechid et Berrechid-Settat n’ont pas connu de hausse. Les automobilistes et les transporteurs de voyageurs ou de marchandises auront ainsi subi deux hausses successives en moins de 10 jours. Pour ceux parmi eux qui fument, ce sont en tout trois hausse de tarifs.Pour les cigarettes, le producteur justifie l’augmentation par la hausse de prix du tabac sur le marché international. Concernant la hausse des prix du carburant, elle a été justifiée par la flambée des cours (baril à 64 dollars). Mais, dans le cas des autoroutes, l’on a du mal à trouver une explication fiable surtout que le patron d’ADM est en congé. L’effet d’entraînement va sans doute jouer pleinement: les hausses des prix du carburant et des tarifs de péage des autoroutes se répercuteront inéluctablement sur les tarifs des transports de voyageurs et de marchandises. Il est à rappeler que plus de 5,2 millions de véhicules/kilomètres par jour ont emprunté le réseau autoroutier national. La moyenne, en 2004, pour l’autoroute Casablanca-Rabat a été de l’ordre de 28.000 véhicules par jour. Ce seront ainsi, sur la base de cette moyenne et de l’augmentation du tarif de 2 DH, 56.000 DH supplémentaires qui vont renflouer chaque jour les caisses d’ADM. Soit donc près de 20,5 millions de DH de recettes annuelles, rien que pour cet axe. Certes, l’autoroute offre des services plus ou moins corrects aux usagers. C’est le cas de dire, par exemple, que les indicateurs de sécurité se sont améliorés sur l’ensemble du réseau pour atteindre le meilleur taux global enregistré depuis 1998. Le nombre d’accidents a baissé de 23 %. Mais à part cela, de nombreux services restent en deçà des attentes des usagers, notamment au niveau des services proposés sur les aires de repos. Bien que ce soient des services concédés, n’est-il pas de la responsabilité d’ADM de veiller au respect du cahier des charges? Notamment aux niveaux de la qualité de service et aussi des tarifs exorbitants qui y sont pratiqués. Jamal Eddine HERRADI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc