×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Asie/raz-de-maréeComment la catastrophe est arrivée

Par L'Economiste | Edition N°:1930 Le 03/01/2005 | Partager

. Mobilisation des entreprises allemandes et britanniques Dans toute l’Europe, les entreprises se mobilisent de façon exceptionnelle.En Allemagne, Deutsche Telekom et le premier groupe d’énergie national E.On ont mis chacun 1 million d’euros à la disposition de la fédération d’ONG Aktion Deutschland Hilft (ADH). La même somme a été promise par le constructeur automobile DaimlerChrysler et par le groupe chimique BASF, sous forme de dons à différentes ONG. En Grande-Bretagne, le groupe de supermarchés Tesco a fait un don de 143.000 euros à la Croix-Rouge britannique. Tesco, qui a des supermarchés en Malaisie, au Sri Lanka et en Thaïlande, a mis à disposition des autorités locales couvertures, bâches en plastiques, nourriture, eau potable et produits d’hygiène personnelle.Le groupe bancaire HSBC, ainsi que le groupe pharmaceutique AstraZeneca ont chacun fait un don de 715.000 euros. Le géant pétrolier BP a pour sa part donné 2,2 millions d’euros à différentes organisations humanitaires, notamment la Croix-Rouge et l’Unicef.. Les françaises, portugaises et espagnoles aussi En France, la plupart des entreprises mobilisées fournissent surtout matériels, logistiques et savoir-faire en partenariat avec des associations comme la Croix-Rouge française et le ministère des Affaires étrangères.Veolia environnement a ainsi envoyé 1,2 tonne de matériels de stockage et de distribution d’eau aux Maldives. Au Sri Lanka, elle a envoyé des produits de désinfection permettant de produire 20.000 m3 d’eau pour au moins 100.000 personnes pendant dix jours. Au Portugal, le premier opérateur de téléphonie mobile, TMN, a demandé à ses cinq millions de clients d’appeler ou d’envoyer un SMS à un numéro d’aide aux victimes du raz-de-marée d’ici le 31 janvier. Chaque appel ou SMS coûtera un euro qui sera reversé aux ONG ayant envoyé des missions dans les pays touchés.Le groupe de bancassurance belgo-néerlandais Fortis a débloqué 105.000 euros en soutien aux organisations caritatives qui opèrent dans la région dévastée. . Singapour ouvre ses bases militairesSingapour a décidé le 31 décembre d’ouvrir ses bases militaires à l’aide destinée à l’Indonésie où les aéroports de la région d’Aceh, la plus touchée par le séisme et les tsunamis, ont du mal à faire face à l’afflux de biens.Plusieurs pays comme la France, l’Australie, les Etats-Unis et le Japon se sont dits intéressés par la proposition. Singapour accroît ses efforts pour aider ses voisins et le gouvernement a porté son aide de deux à 25 millions de dollars de Singapour (15 millions de $US).. Une usine de traitement de l’eau atterrit à Sumatra Un avion-cargo russe affrété par la Croix-Rouge française devait se poser le 1er janvier à Medan (Indonésie), au nord de l’île de Sumatra pour y décharger une usine de traitement des eaux, prête à être assemblée. «Le but de notre mission sera de fournir de l’eau buvable, non dangereuse, à un maximum de gens, peut-être 40.000 personnes par jour», explique le jeune technicien hydraulicien, Hazdine Sadouki, parti au pied levé de France, le 30 décembre, avec un autre équipier bénévole et 40 tonnes de matériel.L’eau, il faudra d’abord la décanter des bactéries se nourrissant des matériaux en suspension, puis lui ajouter le sulfate d’aluminium, qui permet d’agglutiner ces matériaux et de les faire tomber au fond du réservoir. Puis il faudra désinfecter l’eau avec le chlore.. Les tribus aborigènes de Nicobar et Andaman épargnéesUn millier d’aborigènes de Nicobar et d’Andaman, membres de tribus en danger d’extinction, a été épargné par les raz-de-marée du 26 décembre qui ont sans doute tué des milliers de personnes sur ces archipels indiens, a indiqué le 31 décembre une source officielle.Ces cinq tribus, qui risquent de disparaître, comprennent 989 personnes, selon un décompte officiel. La plus importante est la tribu de Jarawa (350), puis viennent les chasseurs et éleveurs Shompen (250) et les Sentinelese (250). Les Onge sont 100 tandis que la tribu des Andamanese est presque éteinte (39 personnes).

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc