×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Appui américain au dialogue social

Par L'Economiste | Edition N°:1661 Le 12/12/2003 | Partager

. Confié au BIT, ce projet coûtera près de 2,5 millions de DH. Il comprend la formation, l’information et la dotation d’équipements pour les acteurs sociauxLe ministère américain du Travail financera un projet socioprofessionnel au Maroc pour un montant de 250.000 dollars (environ 2,5 millions de DH). Et cela, en vue de renforcer les relations professionnelles, a indiqué, mercredi dernier à Rabat, le responsable du projet et conseiller du Bureau international du travail (BIT), Robert Grosclaude.Le département américain du Travail a accordé ce montant “en vue de soutenir la culture de dialogue et la gestion des litiges entre les différents partenaires sociaux”, a expliqué Grosclaude, lors du séminaire le 10 décembre dernier sur la négociation et la gestion des litiges sociaux, initié par le BIT. Confié sur appel d’offres au BIT, ce projet bénéficiera aux différents acteurs sociaux au Maroc. Il a pour objectif principal la facilitation du dialogue social et la promotion de l’esprit de concertation au sein des entreprises, a-t-il dit. Le plan d’action de ce projet comprend la formation, l’information et les dotations d’équipement pour l’ensemble des acteurs. Il envisage également d’adopter les modalités de contractualisation et de décentralisation des actions menées, a indiqué le responsable du projet. Intervenant à l’ouverture du séminaire, le directeur du travail au ministère de l’Emploi, des Affaires sociales et de la Solidarité, Mohamed Tadili, a mis en relief les avantages du nouveau code de travail qui entrera en vigueur le 8 juin prochain, notamment en matière de dialogue social. Et de préciser que cela permettra de renforcer l’économie nationale et de favoriser le climat social. Le Maroc a pu réduire le nombre de grèves de 406 dans les années 90 à 140 actuellement, a-t-il noté. De son côté, El Haj El Kouri, expert en droit privé, a indiqué que le nouveau code du travail vise à impliquer toutes les parties concernées dans la gestion des rapports interprofessionnels. La mise en oeuvre des dispositions de ce texte, a-t-il poursuivi, permettra certainement de développer l’entreprise, sous condition de vulgariser, à travers des journées d’étude, des séminaires et des ateliers, les points saillants du code, notamment ceux ayant trait au dialogue social.(MAP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc