×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Economie

5 millions de Marocains souffrent de soif

Par L'Economiste | Edition N°:2080 Le 05/08/2005 | Partager

. 600 camions-citernes sillonnent le pays pour desservir les populations les plus touchées . Le gouvernement se fixe l’année 2007 pour combler le déficit en eau L’information est presque passée inaperçue et pourtant elle est de taille: près de 600 camions-citernes sillonnent depuis quelque temps des villages et bourgades pour atténuer, tant bien que mal, l’impact de la sécheresse. Ces engins qui proviennent à part égale du Secrétariat d’Etat à l’Eau, des ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur sont spécialement dédiés à l’eau potable en cas de sécheresse. Ils sont confiés aux gouverneurs qui jouent un peu le rôle de pompiers en affectant ces quantités d’eau potable selon les besoins de chaque village. La distribution ne se fait pas sans problèmes. Près de 5 millions de ruraux ne sont toujours pas desservis par l’eau potable. Ces populations veulent plus qu’une opération de sauvetage. Dans certains villages, les habitants se sont érigés contre la gestion faite par leurs gouverneurs de l’eau qui leur est destinée. Les régions les plus touchées forment un croissant d’Oujda à Agadir. Il s’agit principalement des zones attenantes aux chaînes montagneuses du Rif et de l’Atlas orientaux. Les régions d’Oujda, Rachidia, Ouarzazate, Figuig, Bouarfa et Marrakech sont touchées avec acuité. Quand il y a sécheresse, comme c’est le cas cette année, elles accusent une baisse de 30% d’une pluviométrie qui ne dépasse pas les 300 mm. Ce qui ramène celle-ci à moins de 200 mm, une quantité qui ne permet aucun type de culture, encore moins un approvisionnement régulier en eau potable. A la Direction de la Météorologie nationale, on parle d’une année sinistrée. Toutes les régions du pays sont déficitaires en pluies à l’exception de la région qui s’étend de Guelmim à Dakhla qui est excédentaire. En effet, les pluies cumulées du 1er septembre 2004 au 1er août 2005 ont enregistré à Larache, par exemple, un déficit de 54% et de 42% à Beni Mellal. Cela rend encore difficile la tâche du Secrétariat d’Etat chargé de l’Eau. Selon Mehdi Benzekri, son secrétaire général, un village n’a pas accès à l’eau potable quand les puits et sources d’eau se trouvent à plus d’un kilomètre à la ronde. C’est dans ces régions que les camions-citernes interviennent pour rapprocher l’eau potable de la population. Aujourd’hui, 40% de la population rurale n’a pas accès à cette importante denrée. Pire encore, 10% de cette population ne verra jamais ce problème réglé. Il s’agit généralement d’habitats dispersés ou perchés dans les montagnes. Pour les 30 % restants, le secrétariat d’Etat se fixe l’année 2007 pour venir à bout du problème d’accès à l’eau potable. Ce n’est qu’en 1993 que le gouvernement s’est rendu compte que ce dernier était plus pressant que la sécheresse elle-même. En effet, les gens ont d’abord besoin de boire pour se préoccuper d’autre chose. Dans le temps, 14% seulement de la population rurale avait convenablement accès à l’eau potable. Le reste s’approvisionnait à partir de ressources non-conformes à la norme nationale et qui sont à l’origine des maladies hydriques. C’est alors qu’en 1995, le Programme d’approvisionnement groupé en eau potable des populations Rurales (Pager), doté de 10 milliards de DH, a visé de porter ce pourcentage à 80% en 2013. Mais après son arrivée à la tête du gouvernement, Driss Jettou a décidé de porter ce pourcentage à 90% et de réduire le deadline à 2007. Ainsi, pour plus de souplesse dans l’exécution du programme et pour augmenter la cadence, le projet a été confié en 2004 à l’Office national de l’eau potable (Onep). Le prochain objectif est d’arriver à desservir 70% à la fin de cette année, le rythme étant de 10% par an. Pour Benzekri, “c’est la première fois que l’on va pouvoir régler ce problème en mettant en place des ouvrages qui ne sont pas influencés par la sécheresse”. En effet, il s’agit de la réalisation de puits, de forages ou de bornes-fontaines destinés à une utilisation collective. En général, un puit est destiné à un village qui compte entre 200 et 1.000 personnes.


Les limites des petits barrages

Avant le Pager et à partir de 1984, l’Etat réalisait des petits barrages dans le rural profond où il n’y a pas de cours d’eau pérennes et de nappes phréatiques. Ils servaient au stockage des crues qui, dans certaines régions, ne duraient pas plus de 15 jours. Ainsi 70 petits barrages ont été réalisés en plus de 60 petits lacs collinaires. Toutefois, le matériel utilisé pour effectuer ces ouvrages est longtemps amorti. En plus, le programme des petits barrages n’avait pas vocation à couvrir toutes les régions touchées. La question qui se pose est s’il n’y aurait pas chevauchement entre le Pager et le programme des petits barrages dans les régions qui en ont déjà bénéficié ?Mostafa BENTAK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc