×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    5.000 diplômés-chômeurs ont manifesté à Rabat

    Par L'Economiste | Edition N°:494 Le 27/04/1999 | Partager

    · La marche s'est déroulée sans incidents
    · Fonction publique: 10.980 postes prévus par le projet de Loi de Finances 1999-2000


    Les manifestations des jeunes diplômés-chômeurs se multiplient. Le dernier mouvement en date a eu lieu lundi 26 avril. Près de 5.000 jeunes diplômés à la recherche d'un emploi ont manifesté devant le Parlement. Les diplômés-chômeurs n'en sont pas à leur première marche. Ils multiplient depuis plusieurs semaines les sit-in. Cependant, il faut remonter au 26 octobre 1998 pour retrouver une manifestation d'une telle ampleur. Les diplômés-chômeurs (près d'un millier en tout) avaient alors organisé une marche sur Rabat. Celle-ci avait été violemment réprimée par les forces de l'ordre. L'accrochage s'était d'ailleurs soldé par une série de blessés et l'arrestation des leaders de l'Association Nationale des Diplômés-Chômeurs (ANDC). A la différence du mouvement d'octobre 1998, aucun incident n'a été relevé cette fois-ci.
    A noter que les diplomés-chomeurs ont réitéré à plusieurs reprises le souhait d'être recrutés dans la fonction publique. Ils considèrent que "le secteur privé n'est pas structuré et que seul l'Etat peut garantir la sécurité de l'emploi". Pour eux, il s'agit d'abord du droit constitutionnel au travail et "particulièrement dans le secteur public". Une position à laquelle n'adhère plus le gouvernement actuellement. La priorité accordée en matière d'orientations politiques à l'emploi avait été certes réaffirmée à l'occasion des Assises de l'Emploi qui se sont tenues à Marrakech fin 98. Le gouvernement semble toutefois vouloir atteindre cet objectif à travers l'incitation à l'investissement et non en multipliant les postes budgétaires de la fonction publique. D'autant que les coûts de fonctionnement public pompent une grande partie du Budget de l'Etat. Reste que les profils des diplômés-chomeurs ne correspondent pas toujours aux attentes du marché privé du travail. C'est d'ailleurs ce qui explique en partie leur préférence pour le secteur public.
    Le dernier mouvement de protestation intervient alors même que le projet de Loi de Finances 1999-2000 prévoit la création de 10.980 postes. Le nombre le plus important d'emplois créés à la fonction publique revient au Ministère de l'Education Nationale (5.640). Pour ce qui est des Ministères de l'Intérieur, de la Justice et de la Santé, ils se sont vu attribuer respectivement 2.750, 570 et 500 emplois.
    A noter que la Loi de Finances 1994 avait créé un fonds de promotion de l'emploi des jeunes domicilié au Ministère de l'Emploi.
    Ce fonds avait été doté au début d'un crédit de 1,2 milliard de DH, dont 50 millions provenaient d'un don de l'USAID. A fin 1997/98, seule une dotation de 330 millions de DH avait pu être utilisée (Cf note d'orientation du projet de Loi de Finances 1999-2000). Cette enveloppe est destinée à financer l'octroi de prêts et de garanties, la formation-insertion, l'auto-emploi et la construction de locaux professionnels.

    Khadija MASMOUDI










    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc