×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    4,5 millions de quintaux de céréales collectées

    Par L'Economiste | Edition N°:309 Le 18/12/1997 | Partager

    La collecte des céréales a pratiquement atteint son plafond. L'approvisionnement du marché est cependant régulier grâce aux importations.


    Pour cette campagne de commercialisation, la bourse des agriculteurs restera relativement vide en raison de la médiocrité de la récolte. Au 30 novembre 1997, le volume total de céréales officiellement collecté s'élève à 4.419.540 q au lieu de 17.634.786 pour la même période de l'année précédente. Ce sont les chiffres communiqués par le Centre d'Information de l'ONICL installé à Casablanca.
    Par variétés, le blé tendre arrive en tête avec un peu plus de 4 millions. Les commerçants ont acheté 2,56 millions de q, soit 64% de ce produit, les minotiers 1,18 million (29%). Quant aux coopératives, désormais reléguées au rang d'opérateurs mineurs, elles n'ont collecté que 7% du volume de blé tendre, soit un volume de 281.767 q.
    Pour le blé dur, le total collecté s'est établi à 116.477 q. L'orge et le maïs totalisent respectivement 36.180 et 235.416 q.
    A la même période, le stock de blé tendre s'est élevé à 403.600 q détenu à hauteur de 31% par les organismes stockeurs (commer-çants et coopératives), tandis que 34% étaient gardés chez les minotiers et 35% au niveau des ports.

    Lignes de crédit


    Côté blé dur, les stocks représentaient 121.100 q répartis entre les organismes stockeurs (37%), les minoteries (35%) et les ports (27%). Pour l'orge, les 47.500 q en stock sont détenus par les organismes stockeurs (65%), les minoteries (14%), les provendiers (5%) et les ports (16%). Quant au maïs, il en existait 90.800 q en stock dont 34% chez les organismes stockeurs, 37% chez les provendiers et 29% dans les ports.
    Ces réserves ont essentiellement constitué, grâce aux importations qui ont cumulé, toute variété confondue, 14,8 millions de quintaux dont 63,6% de blé dur. Le reste concerne le blé dur (16,36%), le maïs (15,8%), l'orge normal (4%) et l'orge de brasserie (0,15%).
    Au terme de la campagne, en mai 1998, ces importations devraient être nettement plus importantes. En juin dernier, le Ministère de l'Agriculture avait en effet prévu un total de 25 millions de quintaux de blé dont l'essentiel en blé tendre. A côté des importations libres, l'ONICL poursuit ses appels d'offres pour la fourniture de blé tendre destiné à la farine subventionnée. Le dernier en date portait sur 100.000 t. En définitive, un volume de 70.000 t ont été retenues compte tenu des besoins du mois de janvier (voir encadré).

    Concrètement, les lignes de crédit traditionnelles mises en place par les Etats-Unis et la France, deux des principaux fournisseurs de céréales, permettront d'assurer l'approvisionnement régulier du marché. Il est à noter que la BCM a été choisie par le Ministère des Finances, après appels d'offres, pour assurer les crédits relatifs à la ligne américaine «GSM 103» d'un montant de 100 millions de Dollars mis en place au titre de l'année fiscale 1998 (septembre 1997/septembre 1998). Outre les blés et dérivés, cette ligne est destinée à l'achat de graines fourragères, de graines oléagineuses, d'huiles végétales, de tourteaux, de coton et de bétail laitier.
    Un appel d'offres du même genre est en cours pour ce qui concerne la ligne Coface de 500.000 tonnes de blé signée en octobre dernier, lors de la visite de M. Dominique Strauss-Kahn.
    Pour la précédente ligne (signée en 1995) les crédits de campagne étaient assurés par BMCE Bank. Auprès de l'Ambassade de France à Rabat, il est indiqué qu'il existait encore un reliquat de 50.000 tonnes. Ce volume est tombé à 20.000 tonnes après la dernière décision d'importation qui sera assurée à concurrence de 30.000 tonnes par un crédit Coface.


    Résultat du dernier appel d'offres


    Sur les 100.000 tonnes initialement demandées, l'ONICL en a, en définitive, retenu 70.000.
    · Un lot de 40.000 tonnes réparti comme suit sera fourni par Forafric:
    - 30.000 tonnes pour Casablanca au prix de 146,50 Dollars/tonnes C&F;
    - 10.000 tonnes pour Safi à 152,25 Dollars/tonnes C&F.
    · Le second lot de 30.000 tonnes, qui sera importé de France (Crédit Coface), échoit aux Etablissements Benrébea. Il est ainsi réparti:
    - 10.000 tonnes pour Tanger à 160,95 Dollars/tonnes C&F;
    - 10.000 tonnes pour Nador à 159,50 Dollars/tonnes C&F;
    - 10.000 tonnes pour Safi à 159,50 Dollars/tonnes C&F.

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc