×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

2M: Explosion des bénéfices en 2000

Par L'Economiste | Edition N°:1052 Le 04/07/2001 | Partager

. Après la perte de 59 millions de DH en 1999, la chaîne dégage un bénéfice de 113 millions en 2000. Pour la première fois de son histoire, la Soread réussit à couvrir ses dettes et le financement de ses immobilisations par les capitaux propres. Près du tiers des produits d'exploitation émanent du fonds d'aide à la production audiovisuelleMission accomplie pour Nourredine Saïl. Après avoir frôlé le dépôt de bilan en 1999, la deuxième chaîne nationale semble remonter la pente. Les capitaux propres de l'entreprise représentent, à fin 2000, 59% du capital social alors qu'ils ne dépassaient pas les 21% l'exercice précédent. A la clé, une maîtrise de coûts, le passage à la diffusion 24h/24 et l'instauration de la paix sociale. Selon le rapport annuel de la chaîne, l'année 2000 a été celle du meilleur accroissement du chiffre d'affaires publicitaire depuis le passage en clair (+36%). Il représente ainsi près de 63% du total des produits d'exploitation alors qu'il n'était que de 55% en 1999. Le Fonds d'aide à la production audiovisuelle contribue à hauteur du tiers des produits d'exploitation, soit le même niveau qu'en 1999. Petite nouveauté cependant: la fixation du montant du fonds et son utilisation ont fait l'objet d'une convention signée en février 2001 entre le Ministère de la Culture et de la Communication et la Soread.. PerspectivesAprès la perte de 59 millions de DH en 1999, 2M a clôturé l'exercice 2000 avec un bénéfice de 113,2 millions de DH. «Ce résultat renforce les capitaux propres de la société et améliore la situation nette qui est couverte à hauteur de 59% alors qu'elle ne l'était qu'à 21%», affirme Noureddine Saïl dans le rapport annuel. 2M récolte ainsi le fruit de sa politique de réduction des charges financières. Ces dernières ont régressé de 27% par rapport à 1999, profitant de la baisse des intérêts sur emprunt et de l'appréciation de la valeur du dirham par rapport au franc français. La Soread a également remboursé par anticipation des emprunts pour un total de 24 millions de DH. Cette baisse de l'endettement se traduira par un gain estimé à 8,6 millions de DH de charges financières pour les exercices à venir.Pour la première fois de son histoire, la Soread réussit à couvrir ses dettes et le financement de ses immobilisations par les capitaux propres qui s'élèvent fin décembre à 177 millions de DH. Le ratio de solvabilité (capitaux propres sur dettes de financement) a grimpé à 173% contre 41% l'exercice précédent. Le ratio d'autonomie financière (capitaux propres sur actif immobilisé) s'est, pour sa part, élevé à 123% contre 46% en 1999. La stratégie de développement de 2M repose essentiellement sur la diversification des produits et services (radio, portail, presse, canal national, canal international...). Parallèlement, la chaîne poursuivra sa politique d'encouragement des productions nationales entamée en 2000. Celle-ci sera plus axée sur les productions hors plateau et les coproductions. L'investissement en 2001 consiste notamment en l'acquisition d'une station satellite mobile permettant de renforcer les émissions en direct, l'achat d'un car-régie, six caméras et un progiciel de gestion de la programmation. La numérisation étant de plus en plus imposée par l'environnement audiovisuel, 2M a prévu un plan d'investissement global sur trois ans visant une numérisation totale de la chaîne en 2004.


Nouvelle organisation

Le nouvel organigramme de 2M a été mis en place en mai 2000. Il est caractérisé par la création, pour la première fois, d'une direction de l'information indépendante des programmes et d'une direction de la production indépendante de la technique. Les départements informatique et environnement technique ont été rattachés à la direction technique. Les départements juridique et services communs, quant à eux, ont été reliés à la direction administrative et financière (cf. www.leconomiste.com). Hanaâ FOULANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc